Biden se moque du deuxième amendement et dit que les partisans du droit de porter des armes « ont besoin d’armes nucléaires » pour affronter le gouvernement américain

Le président Joe Biden s’est moqué du deuxième amendement mercredi et a déclaré que les personnes qui soutiennent le droit de porter des armes « ont besoin d’armes nucléaires » pour affronter le gouvernement des États-Unis.

Le président a commenté le deuxième amendement en dévoilant une politique de « tolérance zéro » avec les marchands d’armes à feu qui enfreignent les lois fédérales, a imputé la hausse du taux de criminalité aux États-Unis aux armes à feu et a déclaré que les États sont autorisés à utiliser 350 milliards de dollars de financement Covid pour embaucher plus flics.

Biden s’est moqué du deuxième amendement à la Maison Blanche mercrediCrédit : La Méga Agence
Des manifestants pour les droits des armes à feu se sont rassemblés devant la capitale de l'État de Virginie le 20 janvier 2020

Des manifestants pour les droits des armes à feu se sont rassemblés devant la capitale de l’État de Virginie le 20 janvier 2020Crédit : AP

« L’arbre de la liberté n’a pas été arrosé du sang des patriotes », a déclaré Biden mercrediCrédit : Getty

S’exprimant à la Maison Blanche en fin d’après-midi, Biden a déclaré: « Le deuxième amendement, à partir du jour où il a été adopté, limitait le type de personnes pouvant posséder une arme à feu et le type d’arme que vous pouviez posséder. Vous ne pouviez pas acheter un canon.

« Ceux qui disent le « sang des patriotes », vous savez, et toutes ces choses sur la façon dont nous allons devoir agir contre le gouvernement. Eh bien, l’arbre de la liberté n’a pas été arrosé avec le sang des patriotes.

« Ce qui s’est passé, c’est qu’il n’y a jamais eu, si vous voulez, pensez que vous devez avoir des armes pour affronter le gouvernement, vous avez besoin de F-15 et peut-être d’armes nucléaires. »

Biden a poursuivi: « Le fait est qu’il y a toujours eu la possibilité de limiter – de limiter rationnellement le type d’arme qui peut être possédé et qui peut la posséder. »

« Nous ne modifions pas la Constitution. Nous l’appliquons », a-t-il ajouté.

Le deuxième amendement, qui se lit comme suit : « Une milice bien réglementée, étant nécessaire à la sécurité d’un État libre, le droit du peuple de détenir et de porter des armes ne doit pas être enfreint » – est l’un des amendements les plus couramment cités dans le NOUS.

Cet amendement a été interprété comme le droit d’avoir une armée et comme le droit pour chaque Américain de posséder une arme à feu, quelles que soient les circonstances.

Le président Biden s'est exprimé aux côtés du procureur général Merrick Garland

Le président Biden s’est exprimé aux côtés du procureur général Merrick GarlandCrédit : Alamy
Biden a annoncé mercredi une répression des armes à feu

Biden a annoncé mercredi une répression des armes à feuCrédit : Getty
Il est déjà critiqué pour cette décision

Il est déjà critiqué pour cette décisionCrédit : AFP

Pendant ce temps, alors que Biden parlait aux côtés du procureur général Merrick Garland de la nouvelle stratégie de prévention de la criminalité armée de l’administration, Biden a annoncé un avertissement aux marchands d’armes à feu.

« Nous savons que s’il y a une application stricte des vérifications des antécédents, alors moins d’armes à feu tombent entre les mains de criminels », a déclaré le président.

« Si vous vendez volontairement une arme à feu à quelqu’un qui n’a pas le droit de la posséder, si vous échouez volontairement à effectuer une vérification des antécédents, si vous falsifiez volontairement un dossier… mon message est le suivant.

« Nous vous trouverons et nous demanderons votre licence pour vendre des armes à feu. »

Biden a insisté sur le fait que son administration rendra impossible la « vente de la mort et du chaos dans nos rues » et a qualifié le problème des armes à feu du pays de « scandale » qui doit cesser.

AG Garland a également averti que « les marchands d’armes à feu qui enfreignent les règles » seront tenus responsables de leurs actes ».

Un « rassemblement annuel pour protéger votre droit de garder et de porter des armes » s'est tenu à Harrisburg, en Pennsylvanie, le 7 juin.

Un « rassemblement annuel pour protéger votre droit de garder et de porter des armes » s’est tenu à Harrisburg, en Pennsylvanie, le 7 juin.Crédit : AP
Des hommes sont vus lors d'un rassemblement du deuxième amendement à Harrisburg, en Pennsylvanie, le 7 juin

Des hommes sont vus lors d’un rassemblement du deuxième amendement à Harrisburg, en Pennsylvanie, le 7 juinCrédit : Rex

Il a noté que le Bureau de l’alcool, du tabac, des armes à feu et des explosifs (ATF) entamerait des procédures pour retirer les licences des revendeurs qui « violent volontairement la loi en ne procédant pas aux vérifications des antécédents requises et en falsifiant les dossiers ».

En plus de la répression des ventes d’armes à feu, Biden et Garlandon ont expliqué les plans de l’administration pour apporter plus de soutien aux services de police.

Biden, qui a dévoilé une série de décrets visant à réduire la violence récente alors qu’il renouvelle les appels du Congrès à adopter une loi sur la réforme des armes à feu, a expliqué mercredi que la criminalité est connue pour augmenter pendant les mois d’été.

« Alors que nous sortons de cette pandémie, avec la réouverture du pays, le pic estival traditionnel peut être plus prononcé qu’il ne le serait d’habitude », a-t-il ajouté.

Avant l’annonce de Biden, l’attachée de presse de la Maison Blanche, Jen Psaki, a déclaré mardi: « Oui, il doit y avoir des réformes des systèmes de police à travers le pays. Le président y croit fermement. »

La réforme ciblera les marchands d'armes à feu qui enfreignent la loi fédérale

La réforme ciblera les marchands d’armes à feu qui enfreignent la loi fédéraleCrédit : AFP
Biden a soutenu les appels à la réforme des armes à feu

Biden a soutenu les appels à la réforme des armes à feuCrédit : AP

« Mais il y a aussi des mesures qu’il peut prendre en tant que président des États-Unis pour aider à combattre et, espérons-le, réduire ce crime.

« Une grande partie de cela, à son avis, consiste à mettre en place des mesures de sécurité pour les armes à feu … en utilisant la chaire des intimidateurs mais aussi en utilisant des leviers à sa disposition en tant que président », a-t-elle ajouté.

Avant le discours, Biden a été critiqué par les amateurs du deuxième amendement qui prétendent que la recrudescence de la criminalité n’a aucun lien avec les armes à feu.

« C’est le summum de l’hypocrisie pour Joe Biden de diaboliser les armes à feu, les marchands d’armes à feu et les propriétaires d’armes à feu », a déclaré Erich Pratt, vice-président senior de Gun Owners of America, au Washington Examiner.

« Au cours de l’année écoulée, la gauche anti-armes a détourné les yeux lorsque des émeutiers détruisaient des villes et assassinaient des civils et des flics.

« Non seulement cela, la gauche anti-armes a commencé à libérer les criminels de prison tôt et a commencé à financer la police dans plusieurs grandes villes », a-t-il ajouté.

« La police a été si diffamée qu’elle a commencé à prendre sa retraite en masse. D’autres ont pris des congés prolongés ou ont souffert de la « grippe bleue ».

Biden n'a pas soutenu le mouvement Defund the Police mais a appelé à une réforme

Biden n’a pas soutenu le mouvement Defund the Police mais a appelé à une réformeCrédit : AFP

La représentante Marjorie Taylor Greene a également frappé Biden sur Twitter mercredi.

« Le crime explose dans les villes dirigées par les démocrates … c’est à 100% le résultat de leurs politiques de gauche consistant à financer la police, à soutenir BLM / ANTIFA, à détruire des familles et à dorloter les criminels ! » elle a écrit.

Biden s’est opposé au mouvement « Defund the Police » et avait des antécédents de sévérité envers le crime lorsqu’il était sénateur.

Pourtant, il essaie également de stimuler les efforts des progressistes pour réformer la police.

L’un de ses ordres pour mercredi semble toutefois mettre en colère ceux qui demandent le retrait du financement des services de police.

Dans le cadre du programme de secours Covid de 1,9 million de dollars qu’il a signé en mars, un nouveau financement fédéral est désormais disponible pour les gouvernements municipaux afin de garder plus de policiers dans les rues.

Cela leur permettra d’embaucher davantage de forces de l’ordre, même si cela augmente le nombre total au-dessus des niveaux d’avant la pandémie, selon DailyMail.com.

Biden permettra aux gouvernements municipaux d'utiliser les fonds Covid pour garder les flics dans la rue

Biden permettra aux gouvernements municipaux d’utiliser les fonds Covid pour garder les flics dans la rueCrédit : AFP

Il survient au milieu d’une recrudescence de la criminalité et des craintes d’un été violent alimenté par la pandémie qui a causé des difficultés économiques, des déplacements et de l’anxiété.

Le procureur général adjoint Lisa Monaco a déclaré mardi qu’à l’échelle nationale, il y avait eu une augmentation à deux chiffres des meurtres et des crimes violents.

« C’est ahurissant. Cela donne à réfléchir », a-t-elle déclaré lors d’un forum sur les crimes violents organisé par le Police Executive Research Forum, basé à Washington.

« Et c’est quelque chose que le DOJ s’est engagé à faire tout son possible pour inverser ce qui sont des tendances profondément troublantes. »

Elle a ajouté que pour lutter contre la violence, le ministère de la Justice lancerait des forces de frappe à Chicago, New York, Los Angeles, San Francisco et Washington, DC.

Les forces cibleraient les crimes violents causés par le trafic illégal d’armes à feu.

L’ancien président Donald Trump et le procureur général de l’époque, Bill Barr, ont annoncé une approche similaire l’été dernier.

Il a imputé la flambée de la criminalité l’année dernière au mouvement Black Lives Matter et aux protestations de George Floyd.

L’annonce de Biden mercredi s’ajoute à une demi-douzaine d’actions de l’exécutif sur le contrôle des armes à feu qu’il a introduites en avril à la suite d’une vague de fusillades de masse.

Ils comprenaient une répression des « armes fantômes », des armes à feu artisanales qui n’ont pas de numéro de série utilisé pour les retracer et qui sont souvent achetées sans vérification des antécédents.

Avant les remarques, Biden doit rencontrer AG Garland ainsi que les maires démocrates de Baltimore et du comté de Miami-Dade, le maire républicain de Rapid City, Dakota du Sud; le procureur général démocrate du New Jersey ; le chef de la police de Baton Rouge, en Louisiane ; et des militants communautaires.

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.