Dernières Nouvelles | News 24

Biden envisage de limiter l’approvisionnement en armes d’Israël alors que la fureur grandit contre la campagne de bombardement de Netanyahu à Gaza

  • L’administration Biden envisagerait d’utiliser les ventes d’armes comme moyen de convaincre Israël de réduire son attaque contre Gaza.
  • Des sources ont déclaré que la Maison Blanche envisageait de retenir du matériel militaire offensif, mais qu’elle continuerait probablement à envoyer des systèmes de défense.
  • Au moins 26 422 Palestiniens ont été tués depuis l’attaque terroriste menée par le Hamas en Israël le 7 octobre, a déclaré le ministère de la Santé de Gaza.



Le président Joe Biden envisagerait d’utiliser les ventes d’armes comme moyen de convaincre le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu de réduire son attaque contre la bande de Gaza.

Des sources ont dit Actualités NBC que le Pentagone a été chargé par l’administration Biden d’examiner les armes qu’Israël a demandées et qui pourraient être utilisées comme levier pour réduire son attaque militaire sur Gaza.

Au moins 26 422 Palestiniens ont été tués et 65 087 blessés par les contre-attaques israéliennes depuis le 7 octobre, selon le mouvement dirigé par le Hamas. Ministère de la Santé de Gaza a déclaré dimanche.

Biden fait face à une pression croissante pour appeler à un cessez-le-feu dans la guerre entre Israël et le Hamas qui a débuté le 7 octobre lorsque le Hamas a lancé une attaque terroriste qui a tué quelque 1 200 personnes et pris 253 otages.

Plusieurs discours du président ont été interrompus par des manifestants réclamant un cessez-le-feu.

L’administration Biden envisagerait d’utiliser les ventes d’armes comme moyen de convaincre le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu de réduire ses attaques à Gaza.
Le président Joe Biden fait face à des pressions croissantes pour appeler à un cessez-le-feu entre Israël et le Hamas et plusieurs de ses récents discours ont été interrompus par des manifestants.
Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu s’est engagé à « continuer à faire ce qui est nécessaire » à Gaza après que la plus haute cour de l’ONU ait demandé à Israël de prévenir le génocide

Des sources ont déclaré qu’Israël demandait aux États-Unis davantage d’armes, notamment de grosses bombes aériennes, des munitions et des défenses aériennes.

Il aurait été question d’armes utilisant comme levier des obus d’artillerie de 155 mm et des munitions d’attaque directe conjointe, qui sont des kits de guidage qui convertissent les bombes muettes en munitions à guidage de précision.

L’administration s’efforce de retenir ou de retarder l’équipement militaire offensif et continuera probablement à envoyer des systèmes de défense, ont indiqué des sources.

Biden a déclaré en privé à Netanyahu qu’il ne soutiendrait pas la guerre israélienne à Gaza qui durerait un an et qu’il était préoccupé à la fois par le nombre croissant de morts à Gaza et par l’impact de la guerre sur les jeunes électeurs américains à l’approche des élections de 2024. .

Un haut responsable de l’administration a déclaré anonymement à NBC News : « Il y a beaucoup plus à faire et ils doivent y être plus prudents. »

Un porte-parole du Conseil de sécurité nationale de la Maison Blanche a déclaré à Reuters : « Il n’y a pas eu de changement dans notre politique. »

« Israël a le droit et l’obligation de se défendre contre la menace du Hamas, tout en respectant le droit international humanitaire et en protégeant les vies civiles, et nous restons déterminés à soutenir Israël dans sa lutte contre le Hamas. Nous le faisons depuis le 7 octobre et nous continuerons de le faire.

Les États-Unis ont pris la rare mesure jeudi de condamner l’attaque contre un centre de l’ONU à Khan Younis qui hébergeait environ 30 000 réfugiés.

Le porte-parole du Département d’État, Vedant Patel, a déclaré dans un communiqué : “Nous déplorons l’attaque d’aujourd’hui contre le centre de formation de l’ONU à Khan Younis”.

« Les civils doivent être protégés, et la nature protégée des installations de l’ONU doit être respectée, et les travailleurs humanitaires doivent être protégés afin qu’ils puissent continuer à fournir aux civils l’aide humanitaire vitale dont ils ont besoin », a-t-il ajouté. Israël a nié que ses forces aient frappé le centre.

Biden a embrassé Netanyahu après le 7 octobre et a maintenu le flux de l’aide militaire américaine tandis que la Maison Blanche a soutenu le droit d’Israël à se défendre même face aux appels à un cessez-le-feu.

Des sources ont déclaré qu’Israël demandait aux États-Unis davantage d’armes, notamment de grosses bombes aériennes, des munitions et des défenses aériennes.
L’administration s’efforce de retenir ou de retarder l’équipement militaire offensif et continuera probablement à envoyer des systèmes de défense. Des soldats israéliens photographiés au sommet de leurs chars revenant d’une mission
Au moins 26 422 Palestiniens ont été tués et 65 087 blessés par les contre-attaques israéliennes depuis le 7 octobre, a déclaré dimanche le ministère de la Santé de Gaza, dirigé par le Hamas. Un enfant palestinien photographié marchant au milieu des décombres à Rafah dimanche
Photo de tentes de fortune pour les réfugiés palestiniens à Rafah. Jeudi, les États-Unis ont pris la rare mesure de condamner une attaque contre une installation de l’ONU à Khan Younis qui abritait environ 30 000 réfugiés.

Netanyahu s’est engagé à « continuer à faire ce qui est nécessaire » à Gaza après que la plus haute cour de l’ONU a demandé à Israël de prévenir le génocide, mais n’a pas appelé à un cessez-le-feu lorsqu’elle a statué vendredi sur une affaire intentée par l’Afrique du Sud à La Haye.

Il a déclaré : « Comme tout pays, Israël a le droit fondamental de se défendre. Le tribunal de La Haye a rejeté à juste titre la demande scandaleuse de nous retirer cela.

“Nous continuerons à faire ce qui est nécessaire pour défendre notre pays et défendre notre peuple.”

La Cour internationale de Justice a exigé qu’Israël s’efforce de contenir les morts et les dégâts dans son offensive militaire, jugeant qu’Israël doit faire tout ce qui est en son pouvoir pour prévenir le génocide, notamment en s’abstenant de tuer des Palestiniens ou de leur causer du tort.

Mais le tribunal n’a pas ordonné un cessez-le-feu à Gaza dans une affaire de génocide déposée par l’Afrique du Sud.