Biden DOJ examine les documents pour publication

Le ministère de la Justice s’est engagé lundi à procéder à un nouvel examen des dossiers liés aux attentats terroristes du 11 septembre 2001 en vue d’une éventuelle divulgation publique, après des années de pressions exercées par les familles des victimes pour qu’elles divulguent des informations sur le rôle présumé des responsables du gouvernement saoudien.

Le ministère de la Justice n’a pas précisé quels documents ou informations pourraient être divulgués une fois l’examen terminé.

La décision intervient quelques jours seulement après que près de 1 800 survivants du 11 septembre, les premiers intervenants et les membres des familles des victimes ont demandé au président Joe Biden d’ignorer les événements commémoratifs cette année, à moins qu’il ne publie des documents du FBI détaillant le rôle présumé des responsables du gouvernement saoudien dans les attaques meurtrières.

Elle intervient également un mois avant le 20e anniversaire des attentats terroristes qui ont fait près de 3 000 morts au World Trade Center de New York, au Pentagone et en Pennsylvanie.

Biden a salué la décision du ministère de la Justice.

« Comme je l’ai promis pendant ma campagne, mon administration s’est engagée à assurer le maximum de transparence en vertu de la loi et à adhérer aux directives rigoureuses émises pendant l’administration Obama-Biden sur l’invocation du privilège des secrets d’État », a déclaré Biden dans une déclaration. « Dans cette veine, je salue le dépôt du ministère de la Justice aujourd’hui. »

La décision du ministère de la Justice intervient à la suite d’un procès fédéral dans le district sud de New York par les familles des victimes du 11 septembre contre le Royaume d’Arabie saoudite.

Le ministère de la Justice, dans un dossier déposé lundi, a noté que le FBI avait récemment clos une enquête centrée sur des individus qui auraient pu fournir une aide substantielle aux pirates de l’air du 11 septembre.

Le FBI examinera ses décisions antérieures de retenir des informations et identifiera des informations supplémentaires appropriées pour la divulgation, selon le dossier.

« Le FBI divulguera ces informations de manière continue aussi rapidement que possible », ont déclaré des responsables du ministère de la Justice dans le dossier.

Les organisations représentant les familles des victimes du 11 septembre, notamment Peaceful Tomorrows et l’Association des familles du 11 septembre, n’ont pas immédiatement répondu aux commentaires.

Biden a fait campagne sur la promesse de fournir aux survivants du 11 septembre et aux membres de leur famille plus de transparence sur les documents non publiés que le gouvernement possède sur les attaques.

Les survivants, les premiers intervenants et les familles des victimes ont fait valoir vendredi que Biden n’avait pas été à la hauteur de ses paroles. Ils ont également précédemment affirmé qu’il y avait jusqu’à 25 000 pages de documents liés au 11 septembre qui leur avaient été cachés.

« Nous ne pouvons pas, de bonne foi et avec vénération pour les personnes perdues, malades et blessées, accueillir le président sur nos terres sacrées jusqu’à ce qu’il remplisse son engagement », ont-ils écrit vendredi dans un communiqué.

Brett Eagleson, dont le père a été tué dans l’attaque du World Trade Center, a déclaré vendredi à CNN que le groupe souhaitait spécifiquement des documents révélant des informations sur le rôle présumé du gouvernement saoudien.

« L’administration, derrière un voile de secret, continue de nous poignarder dans le dos », a déclaré Eagleson.

L’enquête de la Commission sur le 11 septembre, qui s’est terminée en 2004, a révélé qu’il était probable que des œuvres caritatives financées par le gouvernement saoudien aient soutenu les attaques terroristes mais n’aient pas rapporté de preuves de financement direct du gouvernement.

Le groupe de survivants et de membres de la famille soutient que des documents plus récents du FBI, tels qu’une enquête menée en 2016 sur l’Arabie saoudite, révéleraient si des individus associés à al-Qaïda, le groupe qui a perpétré les attentats terroristes, ont reçu une aide ou un financement de l’Arabie saoudite. gouvernement.

Quinze des 19 attaquants des attentats du 11 septembre étaient des citoyens saoudiens, et le cerveau Oussama Ben Laden est né en Arabie saoudite. Le gouvernement saoudien a nié les allégations selon lesquelles il était impliqué.

Plusieurs administrations présidentielles ont retenu des documents liés aux attaques, invoquant des problèmes de sécurité. Plus récemment, l’administration Trump a invoqué le privilège des secrets d’État en 2019 pour justifier le maintien de documents classifiés.

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.

Comments