Actualité people et divertissement | News 24

Benedict Cumberbatch recherche son fils disparu dans un thriller Netflix

Il y a deux émissions différentes contenues dans Netflix Éric. L’un est un portrait déchirant de Vincent Anderson (Benedict Cumberbatch), plongé dans une spirale autodestructrice par la disparition de son fils de neuf ans (Edgar d’Ivan Howe). L’autre est un drame tentaculaire qui se déroule autour de la classe marginale de New York, des pauvres et des communautés noires et queer persécutées par des politiciens cupides et des flics violents.

La tentative de la mini-série de les fusionner est une tentative noble et consciente – Éric ne manquera pas la forêt de l’injustice sociale pour l’arbre d’un seul enfant blanc disparu, et les personnages exprimeront leurs intentions en conséquence. Mais dans l’exécution, ces lignes directrices ne se renforcent pas tant qu’elles se gênent mutuellement, jusqu’à ce que l’ensemble semble inférieur à la somme de ses parties prestigieuses.

Éric

L’essentiel

Un échec consciemment noble.

Date de diffusion : Jeudi 30 mai (Netflix)
Casting: Benedict Cumberbatch, McKinley Belcher III, Gaby Hoffman, Dan Fogler, Clarke Peters, Ivan Howe, Bamar Kane, Adepero Oduye
Créateur: Abi Morgan

L’histoire de Vincent émerge en premier, et elle est à la fois rebutante et dévastatrice. Tel que créé par Abi Morgan (L’heure), c’est un narcissique alcoolique qui passe ses journées à se bagarrer avec ses collègues sur Bonjour rayon de soleilun Rue de Sesame– programme pour enfants, et ses soirées à crier après sa femme Cassie (Gaby Hoffmann, déchirante dans un rôle souscrit). Il est si repoussant que même la tragédie de l’absence d’Edgar ne peut l’adoucir : « Comment se fait-il que tout ce qui se passe dans votre vie se fasse et que vous continuez à faire en sorte que les gens aient du mal à trouver une sympathie humaine fondamentale pour vous ? s’émerveille son partenaire créatif inquiet (Dan Fogler).

En fait, plus Edgar reste absent, plus Vincent s’effondre. Sa consommation d’alcool s’intensifie, puis évolue vers une consommation de drogues dures. Son comportement devient de plus en plus erratique. Il commence à halluciner Eric, un monstre flou bleu et orange qu’Edgar avait dessiné et dont il a parlé, et devient de plus en plus convaincu qu’avoir une marionnette d’Eric sur lui Bonjour rayon de soleil pourrait être le seul moyen de ramener Edgar.

Le rôle est lourd du genre de showboating – crier, sangloter, ramper dans la boue – qui donne lieu à des bobines Emmy éclaboussantes. Mais c’est frustrant et léger en termes de développement intime du personnage. ÉricL’explication des dommages psychologiques de Vincent est si vague que vous pourriez la confondre avec un autre mystère de l’intrigue ; sa résolution, quant à elle, sonne faux dans sa simplicité enrobée de sucre.

Heureusement pour Edgar, la stratégie de Vincent liée à Eric n’est pas la seule pour le récupérer. Michael (McKinley Belcher III, discrètement magnétique) supervise le dossier du NYPD, un détective noir enfermé qui lutte pour équilibrer sa charge de travail avec ses soins pour son partenaire atteint du SIDA (Mark Gillis). Sa patiente enquête serpente jusqu’aux bureaux luxueux de l’élite fortunée et jusque dans les égouts où les âmes sans logement, dépendantes et assiégées cherchent refuge. Il commence à chercher des liens entre Edgar et Marlon, un jeune noir de 14 ans disparu du même quartier quelques mois plus tôt, puis entre les deux garçons et The Lux, une discothèque louche qui Éric traite comme le seul bar de toute la ville de New York.

La mère de Marlon, Cécile (un Adepero Oduye sous-utilisé criminellement) sert d’ange en deuil sur Éric, soulignant à maintes reprises que son fils n’a jamais reçu une fraction de l’attention dont bénéficie Edgar. Elle fait pression sur tous ceux qui pourraient l’écouter pour qu’ils fassent mieux, et c’est tout à son honneur, Éric fait tous les efforts. Ses intrigues dressent une véritable liste de maux sociétaux : racisme, classisme, homophobie, misogynie, brutalités policières, corruption gouvernementale. Ils prennent vie sur des décors qui semblent vastes et coûteux, soigneusement recouverts de crasse appropriée à l’époque et capturés avec un doux grain des années 80 par la réalisatrice Lucy Forbes (Ça va faire mal). Même dans ses aspects les plus douteux, Eric lui-même parle d’une œuvre déterminée à éviter la voie facile et évidente.

Mais au milieu de ces nobles idéaux, Éric perd de vue les fondamentaux. Il étend l’intrigue d’un long métrage sur six heures langoureuses, les vidant de tout suspense ; La spirale de Vincent devient particulièrement fastidieuse dans sa répétition. Pendant tout ce temps, il continue de déplacer ses personnages comme des pièces de jeu collectant des points sur un plateau, plutôt que comme des individus méritant d’être explorés dans leur complexité psychologique.

Parfois, le matériel sur la ville en crise joue comme une tentative maladroite d’ajouter du sérieux au mystère salace d’un garçon perdu et de son père déséquilibré, peut-être violent. Ailleurs, la spirale histrionique de Victor ressemble au cheval de Troie d’une excavation plus sèche de la pourriture institutionnelle systémique. Il est rare que les deux moitiés semblent être en conversation, y compris lorsque Cassie est littéralement en conversation avec Cécile. Il y a des crimes pires à commettre pour une série qu’une surabondance d’ambition. Mais un spectacle décevant reste un spectacle décevant. Même si vous en obtenez deux pour le prix d’un.

Source link