Bell repousse les accusations entourant le départ de LaFlamme et la couverture

TORONTO-

Bell Média repousse les accusations selon lesquelles la présentatrice de CTV National News, Lisa LaFlamme, a été évincée en raison de son apparence et qu’elle a interféré dans la couverture des retombées par le réseau.

Wade Oosterman, président de Bell Média, a déclaré lundi dans une lettre que toute allégation selon laquelle la direction aurait enfreint sa politique d’indépendance journalistique en couvrant l’histoire de Lisa LaFlamme était “scandaleuse”.

“Tout comme la résiliation du contrat de Lisa LaFlamme n’avait rien à voir avec l’âge, le sexe ou les cheveux gris, je peux catégoriquement confirmer qu’aucune mesure n’a été prise qui violerait la politique d’indépendance journalistique.”

Les commentaires d’Oosterman sont adressés à l’avocat des droits de l’homme Paul Champ, qui a soumis une lettre à la société au nom d’un “grand nombre” de journalistes de CTV News qui ont fait part de leurs inquiétudes quant aux circonstances entourant le licenciement de LaFlamme et si elles étaient liées à son apparence.

Les journalistes anonymes de CTV News ont déclaré qu’ils pensaient que le licenciement de LaFlamme était basé “plus sur la malveillance personnelle que sur des raisons commerciales” et craignaient que son âge n’ait pu être un facteur préjudiciable.

“Son licenciement semble être un acte de vengeance flagrant, entaché d’âgisme, de sexisme et de misogynie de la part d’un patron masculin”, ont-ils déclaré dans la lettre.

Les journalistes ont également déclaré qu’ils manquaient de confiance en Michael Melling, qui était vice-président de CTV News avant que Bell Média ne le mette en congé en attendant un examen du lieu de travail.

Depuis que la lettre a été envoyée le 22 août, des rapports ont également fait surface sur des inquiétudes quant à la manière dont CTV News a couvert l’histoire de LaFlamme.

Oosterman a déclaré que Bell avait une politique d’indépendance journalistique comme garantie d’une couverture médiatique impartiale, ce qui laisse les décisions éditoriales entre les mains du vice-président responsable de CTV News et les maintient hors du contrôle des autres dirigeants du conglomérat Bell.

Il a exhorté les journalistes anonymes de CTV News à lui faire part directement de leurs préoccupations et à participer à l’examen du lieu de travail mené par un tiers.

Les journalistes ont déclaré dans leur lettre qu’en plus du moral bas depuis que Melling a pris le poste de vice-président de CTV News il y a huit mois, les représailles professionnelles sont également devenues un risque important, il était donc nécessaire de protéger leur identité.


Ce rapport de La Presse canadienne a été publié pour la première fois le 29 août 2022.