Skip to content

WASHINGTON – Le gouvernement Trump a déclaré lundi que les Etats-Unis ne considéraient pas les colonies israéliennes en Cisjordanie comme une violation du droit international, renversant quatre décennies de politique américaine et supprimant ce qui constituait un obstacle important à l'annexion du territoire palestinien.

L’annonce faite par le secrétaire d’État Mike Pompeo était le dernier cadeau politique de l’administration Trump au Premier ministre Benjamin Netanyahu, qui s’est engagé lors de deux élections cette année à faire pression pour l’annexion de la Cisjordanie. Son principal opposant, Benny Gantz, a jusqu'à mercredi soir pour réunir la majorité au Parlement israélien, sans quoi il renoncera à la possibilité de former un nouveau gouvernement, évoquant ainsi la perspective d’un troisième tour d’élections.

Les États-Unis ont par le passé qualifié les colonies de peuplement d'illégitimes, et les Palestiniens ont réclamé la terre pour un futur État, un objectif soutenu par les Nations Unies, les gouvernements européens et les alliés américains du Moyen-Orient.

Mais le président Trump a persisté dans l'évolution de la politique des États-Unis à l'égard d'Israël et des territoires palestiniens – des mesures visant à renforcer le soutien politique à M. Netanyahu, qui n'a pas réussi à former un gouvernement après deux tours d'élections aux résultats infimes.

Heliabrine Monaco

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *