Aujourd’hui, l’animatrice de l’émission Sylvia Jeffreys dit qu’elle ne recevra pas le vaccin contre le coronavirus pendant sa grossesse

Aujourd’hui, l’animatrice de l’émission, Sylvia Jeffreys, dit qu’elle refuserait de se faire vacciner contre Covid si on lui offrait ce dernier – ce qui a incité Karl Stefanovic à intervenir

Sylvia Jeffreys a suscité la controverse à la télévision en direct en admettant qu’elle n’obtiendrait probablement pas le vaccin contre le coronavirus pendant sa grossesse.

Le plus grand déploiement de vaccins jamais réalisé dans le pays est en cours avec 60 000 Australiens qui devraient retrousser leurs manches pour leur première dose cette semaine.

Des questions demeurent quant à savoir si le vaccin est sans danger pour les femmes enceintes au milieu des conseils qu’il n’est pas «systématiquement recommandé» par le ministère fédéral de la Santé.

Le sceptisme à propos du vaccin a été un sujet de discussion brûlant lorsque le médecin généraliste bien connu, le Dr Kerryn Phelps, et la journaliste Sarrah Le Marquand sont apparus mercredi à l’émission d’aujourd’hui.

Jeffreys, qui est enceinte de sept mois de son deuxième fils en avril, a été entraînée dans le débat par le co-animateur Karl Stefanovic, qui a demandé si elle avait des inquiétudes concernant le vaccin.

Sylvia Jeffreys (photo de droite avec son mari Peter Stefanovic) admet qu'elle n'obtiendrait probablement pas le vaccin contre le coronavirus pendant la grossesse ou en essayant de concevoir

Sylvia Jeffreys (photo de droite avec son mari Peter Stefanovic) admet qu’elle n’obtiendrait probablement pas le vaccin contre le coronavirus pendant la grossesse ou en essayant de concevoir

«J’ai fait de mon mieux pour trouver autant de faits à ce sujet et pour trouver des informations claires et pour trouver des informations claires et des directives gouvernementales à ce sujet auprès des professionnels de la santé», a déclaré Jeffreys.

«À ce stade, étant enceinte, si elle m’était offerte aujourd’hui, je ne l’aurais probablement pas. Mais je voudrais d’abord consulter mon médecin généraliste à ce sujet.

Jeffreys a ensuite admis qu’elle aurait également des doutes si elle essayait de tomber enceinte.

«  Je serais dans le doute parce que je pense qu’il y a eu des messages contradictoires du sommet à ce sujet pour le moment, mais je comprends tout à fait pourquoi il y a des hésitations parmi cette population car, comme le dit le Dr Kerryn Phelps, il n’y a tout simplement pas les faits disponibles. à ce stade », a déclaré Jeffreys.

«C’est difficile. Comme Sarrah l’a également dit, j’espère que le reste de la population est suffisamment confiant pour nous aider à atteindre ce nombre d’or.

Sylvia Jeffreys (photographiée lors du débat sur le vaccin mercredi) dit qu'il n'y a pas suffisamment d'informations ou de recherches sur le coronavirus et la grossesse

Sylvia Jeffreys (photographiée lors du débat sur le vaccin mercredi) dit qu’il n’y a pas suffisamment d’informations ou de recherches sur le coronavirus et la grossesse

Jeffreys a ensuite été interrompue par son coanimateur et son beau-frère.

«Parfaitement dit et parfaitement supposé», a déclaré Stefanovic avant de se tourner vers le Dr Phelps pour ses conseils aux femmes enceintes ou qui allaitent.

«Nous examinons les preuves provenant d’études internationales et nous nous tenons au courant de toutes ces informations qui se produisent», a-t-elle répondu.

C’est pourquoi nous disons aux personnes qui réfléchissent à la vaccination, qui hésitent, de parler à votre médecin généraliste, d’obtenir les assurances dont vous avez besoin, de trouver les assurances dont vous avez besoin, de découvrir les faits auprès de sources fiables.

«  L’une des pires choses que vous puissiez faire est d’aller sur l’une des pages Facebook de la théorie du complot et d’avoir peur d’être vacciné sur la base de la désinformation. Ce dont nous avons besoin, c’est que les gens se fient aux faits. Votre médecin généraliste est le meilleur endroit où aller pour discuter de ces problèmes.

Un nouveau sondage du Pulse of the Nation du Melbourne Institute a révélé que 35% des femmes australiennes âgées de 25 à 34 ans ne recevraient pas le vaccin.

Sylvia Jeffreys a été entraînée dans le débat sur les vaccins par le co-animateur Karl Stefanovic (au centre), photographiée avec les panélistes Dr Kerryn Phelps (à gauche) et Sarrah Le Marquand (à droite)

Sylvia Jeffreys a été entraînée dans le débat sur le vaccin par le co-animateur Karl Stefanovic (au centre), photographiée avec les panélistes Dr Kerryn Phelps (à gauche) et Sarrah Le Marquand (à droite)

Alysha Eyre (photo), travailleuse des forces frontalières australiennes (photo), a été parmi les premiers Australiens à retrousser les manches pour le vaccin contre le coronavirus dimanche

Alysha Eyre (photo), travailleuse des forces frontalières australiennes (photo), a été parmi les premiers Australiens à retrousser les manches pour le vaccin contre le coronavirus dimanche

Recommandations du vaccin Covid pour les femmes enceintes

Le gouvernement fédéral ne recommande pas systématiquement le vaccin COVID-19 pendant la grossesse. Vous et votre professionnel de la santé pouvez en tenir compte si les avantages potentiels de la vaccination l’emportent sur les risques potentiels. Vous devriez envisager de recevoir un vaccin COVID-19 pendant votre grossesse si:

• vous présentez des facteurs de risque médicaux de COVID-19 sévère

• vous présentez un risque élevé d’exposition au virus qui cause le COVID-19 ou êtes très susceptible d’être en contact avec des personnes atteintes du COVID-19.

Vous préférerez peut-être attendre après votre grossesse pour être vacciné si:

• vous n’avez aucun facteur de risque de COVID-19 sévère

• vous ne présentez pas de risque élevé d’exposition au COVID-19