Au milieu des critiques croissantes, Macklem affirme que l’indépendance de la Banque du Canada n’est pas menacée – Kelowna Capital News

Alors que les critiques s’accumulent de la part des politiciens, des experts et des groupes d’intérêt, le gouverneur de la Banque du Canada, Tiff Macklem, affirme qu’il ne ressent aucune menace pour l’indépendance de l’institution.

«Je n’ai aucune inquiétude quant à la menace de l’indépendance de la banque», a déclaré Macklem dans une entrevue avec La Presse canadienne mercredi.

Au cours de l’année dernière, la banque centrale a fait l’objet d’un examen minutieux à la fois pour sa réponse politique à la pandémie de COVID-19 et pour les mesures extraordinaires qu’elle a prises cette année pour lutter contre une inflation élevée depuis des décennies.

« Oui, nous recevons beaucoup de questions difficiles. Les gens devraient poser ces questions difficiles. Mais je n’ai ressenti aucune menace pour notre indépendance », a poursuivi Macklem.

Depuis mars, la Banque du Canada a relevé son taux directeur six fois de suite, entamant l’un des cycles de resserrement monétaire les plus rapides de son histoire.

Les hausses de taux ont été en réponse à l’inflation atteignant des niveaux jamais vus depuis près de quatre décennies. Le taux d’inflation annuel du Canada était de 6,9 ​​% en septembre. Il est en baisse constante depuis qu’il a atteint son taux le plus élevé cette année de 8,1 % en juin.

Le cycle de hausse des taux en cours a suscité de vives critiques de la part de voix progressistes préoccupées par son effet sur l’emploi, car les prévisionnistes s’attendent de plus en plus à ce que des taux d’intérêt plus élevés déclenchent une récession.

Dans une lettre adressée au premier ministre Justin Trudeau le 21 octobre, le chef du NPD, Jagmeet Singh, a déclaré que bien qu’il soutienne l’indépendance de la banque centrale, il a averti qu’une autre hausse des taux aurait un “impact sérieux sur les familles”.

Interrogée par les journalistes mardi au sujet de la lettre, la ministre des Finances, Chrystia Freeland, a reconnu les difficultés économiques auxquelles les Canadiens sont confrontés, mais a noté que la stabilité institutionnelle est importante en période économique difficile, l’indépendance de la Banque du Canada jouant un rôle important pour assurer la stabilité.

Les critiques de Singh n’ont pas empêché la Banque du Canada d’annoncer mercredi une hausse des taux d’un demi-point de pourcentage et de signaler qu’elle n’avait pas encore fini de relever les taux.

Lors d’une conférence de presse mercredi, Macklem a déclaré que la Banque du Canada est confrontée à des décisions difficiles, et lorsque les décisions sont difficiles, l’indépendance de la banque centrale devient plus importante.

Il a ensuite fait écho à ce message dans son entrevue avec La Presse canadienne.

“Beaucoup de gens nous donnent des conseils sur ce que nous devrions faire”, a déclaré Macklem.

Cependant, il y a une raison pour laquelle les banques centrales sont des institutions indépendantes, a-t-il ajouté.

« La raison en est qu’il y a des décisions difficiles à prendre et qu’il faut regarder à plus long terme. Et c’est dans des moments comme celui-ci, que quand c’est difficile, qu’on voit la valeur de l’indépendance des banques centrales.

Les critiques de la Banque du Canada à Ottawa ont notamment commencé avec le chef de l’opposition officielle Pierre Poilievre, qui a vivement critiqué le programme d’achat d’obligations gouvernementales de la banque centrale au début de la pandémie.

Il a affirmé que la banque avait imprimé de l’argent pour permettre les dépenses fédérales, alimentant ainsi l’inflation. Alors qu’il se présentait à la tête du Parti conservateur du Canada, Poilievre a juré de congédier Macklem s’il devenait premier ministre, bien qu’il n’ait pas expliqué comment il envisageait de se débarrasser du gouverneur étant donné que la Loi sur la Banque du Canada ne lui donnerait pas ce pouvoir.

Macklem a été nommé par le conseil d’administration de la banque avec l’approbation du gouverneur en conseil pour une période de sept ans. Son mandat court jusqu’en juin 2027.

En réponse aux affirmations selon lesquelles la Banque du Canada a imprimé de l’argent, la banque centrale s’est tournée vers les médias sociaux cet été pour tenter de remettre les pendules à l’heure, bien que cela n’ait pas empêché les membres du parti conservateur d’attaquer la banque centrale.

De nombreux économistes et observateurs du marché ont reproché à la Banque du Canada de ne pas avoir relevé les taux d’intérêt plus tôt, et la banque centrale elle-même a indiqué que les mesures de relance ont duré trop longtemps.

Le mois dernier, le sous-gouverneur de la Banque du Canada, Paul Beaudry, a déclaré rétrospectivement que les gouvernements et les banques centrales auraient dû retirer les mesures de relance plus tôt alors que les économies se remettaient de la pandémie de COVID-19, ce qui aurait probablement limité l’inflation.

Maintenant, la Banque du Canada a basculé dans l’autre sens cette année, augmentant les taux de manière agressive et déclenchant de nouvelles critiques.

Dans son dernier rapport sur la politique monétaire, la Banque du Canada a révisé ses projections économiques, tenant désormais compte d’un important ralentissement économique.

Il s’attend à ce que la croissance économique stagne d’ici la fin de cette année et au cours des deux premiers trimestres de 2023, avec une croissance comprise entre zéro et 0,5 %, avant de gagner du terrain au second semestre de l’année prochaine.

La Banque du Canada a indiqué à maintes reprises qu’elle a l’intention de remplir son mandat et que le rétablissement de la stabilité des prix est son principal objectif.

La récente lettre de Singh au Premier ministre fait partie des appels croissants à la banque centrale pour qu’elle cesse d’augmenter les taux d’intérêt, ou au moins adopte une approche plus prudente avec ses hausses de taux.

Les groupes syndicaux en particulier se sont prononcés sur la question.

“La Banque du Canada est déterminée à plonger l’économie dans une récession, peu importe l’impact sur les Canadiens qui pourraient perdre leur emploi, leur maison et leur qualité de vie”, a déclaré Bea Bruske, présidente du Congrès du travail du Canada, dans un communiqué. déclaration après la décision sur les taux de mercredi.

« Les syndicats du Canada demandent à la Banque du Canada de suspendre les hausses de taux d’intérêt jusqu’à ce que l’impact des interventions politiques précédentes soit clair.

Macklem a déclaré que la banque centrale visait à équilibrer les risques en augmentant les taux d’intérêt, mais a déclaré que si elle hésitait dans ses décisions, les Canadiens souffriraient d’une inflation élevée plus longtemps.

« Je suis parfaitement conscient que la Banque du Canada, particulièrement en ce moment, a beaucoup d’effet sur la vie des Canadiens. Et c’est une grande responsabilité », a déclaré Macklem.

Alors que les Canadiens se sentent anxieux, le gouverneur a déclaré que la banque centrale a la responsabilité d’être transparente avec le public et d’inspirer la confiance que l’inflation va baisser.

“J’aimerais y arriver plus vite, mais ça va prendre du temps.”

Nojoud Al Mallees, La Presse Canadienne

Aimez-nous sur Facebook et suivez-nous sur Twitter.

Banque du Canadaéconomie