Au Japon, même parler de politique peut être tabou. Les jeunes militants essaient de changer cela.

« Au Japon, à la base, le problème est le manque réel de diversité dans le monde politique », a déclaré Momoko Nojo, 23 ans, une étudiante diplômée qui dirige le groupe militant No Youth No Japan. « Il y a très peu de jeunes politiciens, donc il ne semble pas vraiment qu’ils pensent aux jeunes. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *