Dernières Nouvelles | News 24

Attaques meurtrières contre des synagogues et des églises du Daghestan

Légende de la vidéo, À voir : Des hommes armés tirent sur des voitures et des bâtiments en feu lors des attaques en Russie

  • Auteur, Henri Astier et Steve Rosenberg
  • Rôle, BBC News, Londres et Moscou

Les attaques contre des policiers, des églises et des synagogues dans la république russe du Daghestan, dans le Caucase du Nord, ont fait de nombreux morts.

Des hommes armés ont pris pour cible les villes de Derbent et de Makhachkala à l’occasion de la fête orthodoxe de la Pentecôte.

Parmi les morts figurent au moins sept policiers, un prêtre et un agent de sécurité. Six des assaillants sont morts et la police en recherche d’autres.

Les assaillants n’ont pas été identifiés, mais le Daghestan a été par le passé le théâtre d’attaques islamistes.

Deux églises et deux synagogues ont été ciblées lors des attaques de dimanche. Un prêtre de l’Église orthodoxe a été tué à Makhachkala, la plus grande ville du Daghestan.

Des images publiées sur les réseaux sociaux montrent des personnes vêtues de vêtements sombres tirant sur des voitures de police, avant qu’un convoi de véhicules des services d’urgence n’arrive sur les lieux.

À Derbent, siège d’une ancienne communauté juive, des hommes armés ont attaqué une synagogue et une église, qui ont ensuite été incendiées.

Une chaîne non officielle de l’application de messagerie Telegram, Mash, a déclaré que des hommes armés étaient barricadés dans un bâtiment à Derbent.

Un véhicule de police a été attaqué dans le village de Sergokal. La police a arrêté Magomed Omarov, chef du district de Sergokalinsky, près de Makhatchkala, suite à des informations selon lesquelles deux de ses fils faisaient partie des auteurs des attaques de dimanche.

Le Daghestan, l’une des régions les plus pauvres de Russie, est une république majoritairement musulmane.

Entre 2007 et 2017, une organisation djihadiste appelée Émirat du Caucase, puis Émirat islamique du Caucase, a mené des attaques au Daghestan et dans les républiques russes voisines de Tchétchénie, d’Ingouchie et de Kabardino-Balkarie.

À l’époque, le président Vladimir Poutine avait insisté sur le fait que « la Russie ne peut pas être la cible d’attaques terroristes de la part des fondamentalistes islamiques » car elle « démontre un exemple unique d’harmonie interreligieuse et d’unité interreligieuse et interethnique ».

Et pourtant, il y a trois mois, le service de sécurité intérieure russe, le FSB, a annoncé avoir déjoué un complot de l’EI visant à attaquer une synagogue de Moscou.

Depuis l’invasion à grande échelle de l’Ukraine par la Russie, les Russes ont été amenés à croire que leurs principaux adversaires étaient l’Ukraine et « l’Occident collectif ». C’est un message que les autorités russes hésitent à changer, pour éviter de susciter des doutes dans l’opinion publique quant au discours officiel.

Légende, Un bâtiment est en feu à Derbent

Source link