Skip to content
Athlétisme: Farah aimerait avoir su plus tôt que Salazar risquait d'être banni

FILE PHOTO: Athlétisme – London Marathon Preview Conférence de presse – The Tower Hotel, Londres, Grande-Bretagne – 24 avril 2019 la Grande-Bretagne Mo Farah lors de la conférence de presse Action Images via Reuters / Matthew Childs / File Photo

LONDRES (Reuters) – Le champion olympique Mo Farah a déclaré jeudi qu'il aurait été "le premier à sortir" s'il avait su que son ancien entraîneur Alberto Salazar avait été banni de l'athlétisme pour violation du dopage.

L'Américain Salazar a cessé d'entraîner Farah, double champion olympique aux 5000 et 10000 mètres, en 2017 lorsque le coureur a décidé de retourner en Angleterre depuis les États-Unis.

Le Britannique avait déclaré à l'époque que l'enquête sur le dopage n'était pas la raison pour laquelle ils s'étaient séparés.

"Si j'avais su la nouvelle, ce qu'a fait Salazar, cela aurait pris quatre ans, si j'avais su que plus tôt j'aurais été le premier à sortir", l'athlète, qui n'a jamais échoué à un test de dépistage de drogue et qui n'a été accusé d'aucune faute, a déclaré à la BBC.

"C’est le morceau qui est un peu ennuyeux, j'aurais aimé le savoir plus vite."

Salazar a nié toute faute et a fait appel de son interdiction de quatre ans.

Farah a annoncé en novembre qu'il reviendrait sur la piste pour chasser plus d'or au 10 000 m aux Jeux olympiques de Tokyo de cette année.

Reportage par Alan Baldwin, édité par Christian Radnedge

Nos normes:Les principes du Thomson Reuters Trust.

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *