Skip to content

KUALA LUMPUR / LONDON (Reuters) – Saoudienne Aramco n’ayant pas encore annoncé la présence d’investisseurs étrangers importants dans sa prochaine vente d’actions, la société d’énergie publique malaisienne Petronas (PETR.UL) a décidé de laisser tomber vendredi.

Aramco IPO: Un merci, mais non un remerciement de Petronas de Malaisie

PHOTO DE FICHIER: Le logo d’une station-service Petronas est visible à Kuala Lumpur, en Malaisie, le 10 février 2016. REUTERS / Olivia Harris / Photo de dossier

Les attentes selon lesquelles les clients et les alliés d’Aramco dans le monde entier prendraient des participations importantes dans la société ne se sont pas concrétisées jusqu’à présent, la liste semblant dépendre des investisseurs particuliers et institutionnels locaux.

Aramco, qui a lancé le processus de vente d’actions le 3 novembre après une série de faux départs, a refusé de commenter Reuters sur l’absence d’investisseurs ancres nommés dans sa cotation jusqu’à présent.

Le deuxième producteur de pétrole de Russie, Lukoil (LKOH.MM) a déclaré qu’il n’investirait pas dans l’introduction en bourse, ce qui devrait permettre à Aramco de devenir la société la plus rentable au monde.

Aramco a conclu une joint-venture avec Petronas dans le sud de la Malaisie, qui devrait débuter ses activités commerciales cette année. Petronas a annoncé sa demande d’investissement dans l’introduction en bourse.

"Petronas voudrait confirmer qu’après un examen approfondi, la société a décidé de ne pas participer à la première opération publique d’introduction en bourse de Saudi Aramco", a déclaré Petronas dans un communiqué.

Aramco est un important fournisseur de pétrole en Chine, au Japon et en Corée du Sud et leurs projets pour l’introduction en bourse ne sont pas encore clairs. Cependant, le chef du plus important raffineur japonais a déclaré ce mois-ci qu’il était peu probable que les sociétés japonaises investissent parce qu’il était difficile de déterminer le véritable chiffre d’Aramco. valeur.

Aramco prévoit de céder 1,5% de la société, de lever jusqu'à 25,6 milliards de dollars et de lui donner une valeur de marché potentielle comprise entre 1,6 et 1,7 billion de dollars.

C’est la pièce maîtresse des projets du prince héritier Mohammed bin Salman visant à diversifier l’économie saoudienne pour qu’elle ne soit plus tributaire du pétrole.

Toutefois, la société a annulé des tournées de présentation marketing pour son inscription en dehors du Golfe en raison du manque d'intérêt des investisseurs institutionnels étrangers.

Cela a suscité des interrogations sur la mesure dans laquelle l’inscription pourrait vraiment diversifier les intérêts économiques du pays.

"Vendre seulement 1,5% du capital d'une compagnie pétrolière ne rapportera pas vraiment beaucoup", a déclaré Charles Hollis, ancien diplomate saoudien et britannique et directeur du cabinet de conseil en renseignement Falanx Assynt.

Saudi Aramco a déclaré dans un communiqué à Reuters que sa cotation constituait «une étape importante dans l’accélération de la croissance économique et de la diversification du Royaume».

"Cela augmentera la liquidité sur le marché des capitaux saoudien et renforcera sa position en tant que bourse internationale importante", a-t-il déclaré.

Samba Financial Group (Arabie Saoudite), groupe saoudien, a déclaré jeudi que son introduction en bourse avait déjà attiré environ 73 milliards de riyals (19,47 milliards de dollars) en commandes institutionnelles et de détail.

Bien qu'aucune société d'État ou aucun fonds majeur ne se soit encore manifesté, des discussions ont eu lieu avec des investisseurs souverains, notamment l'Abou Dhabi Investment Authority, le CPG de Singapour et d'autres fonds, ont indiqué des sources à Reuters.

Reportage de Krishna N. Das; Écrit par A. Ananthalakshmi et Rachel Armstrong; Édité par Kim Coghill et Elaine Hardcastle

Nos standards:Les principes de Thomson Reuters Trust.

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *