Skip to content

LUXEMBOURG (Reuters) – Apple (AAPL.O) lancera mardi un recours juridictionnel contre une ordonnance de la Commission européenne de payer 13 milliards d’euros d’impôt d'arriérés de l'impôt irlandais dans le cadre d'une affaire historique dans le cadre de la campagne de répression menée par l'UE contre l'évasion fiscale des multinationales.

Apple poursuit en justice un ordre fiscal européen d'un montant de 13 milliards d'euros

PHOTO DE FICHIER: le logo Apple est affiché lors d’un événement qui se tient à leur siège à Cupertino, Californie, États-Unis, le 10 septembre 2019. REUTERS / Stephen Lam

Le fabricant d'iPhone devrait envoyer une délégation de six personnes dirigée par le directeur financier, Luca Maestri, à l'audience de deux jours devant le tribunal de grande instance de Luxembourg, le deuxième tribunal de l'UE.

En août 2016, la Commission a déclaré que les décisions fiscales prises par l'Irlande en 1991 et en 2007 avaient artificiellement réduit le fardeau fiscal de Apple depuis plus de deux décennies, ce qui en faisait en réalité une aide d'État illégale.

La commissaire européenne en charge de la concurrence, Margrethe Vestager, a indiqué que le taux d’imposition de 0,005% payé par la principale unité irlandaise d’Apple en 2014 était un exemple des paiements inhabituellement bas de la société.

Apple devrait faire valoir qu'il n'a rien fait de mal, car il avait suivi les lois fiscales irlandaise et américaine. Il a présenté des arguments similaires dans un blog à la suite d’une décision fiscale prise par l’Union européenne il ya deux ans.

Il dira à la cour que la majeure partie de ses taxes est due aux États-Unis, car la majeure partie de la valeur de ses produits, y compris la conception, l’ingénierie et le développement, y est créée.

L’Irlande, qui a accusé la Commission d’avoir outrepassé ses pouvoirs et porté atteinte à la souveraineté nationale des États membres sur les questions fiscales, conteste également la décision de l’UE.

Le régime fiscal irlandais est un attrait essentiel pour les sociétés multinationales, qui emploient environ 10% de la main-d’œuvre du pays.

Le Luxembourg soutient l'Irlande tandis que la Pologne soutient la Commission. Vestager s’est également lancé à la recherche de bons plans proposés par les Pays-Bas à Starbucks (SBUX.O), De Luxembourg à Amazon (AMZN.O), Fiat (FCHA.MI) et Engie (ENGIE.PA) ainsi qu’un régime fiscal britannique pour les multinationales.

La répression fiscale de l'exécutif européen a connu un revers en février dernier lorsque le Tribunal a annulé sa décision contre un allégement fiscal belge bénéficiant à BP (BP.L), BASF (BASFn.DE) et plus de 30 autres multinationales, affirmant qu'il ne s'agissait pas d'un régime d'aide.

Cependant, la Commission a relancé cette affaire lundi. (B5N25N00B)

Les affaires jointes Apple sont les affaires T-778/16 Ireland / Commission et T-892/16, Apple Sales International et Apple Operations Europe / Commission.

Reportage de Foo Yun Chee; édité par Philip Blenkinsop et Emelia Sithole-Matarise

Nos standards:Les principes de Thomson Reuters Trust.

Source

Shein Many GEO's Shein Many GEO's

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *