American Airlines reporte la date limite du mandat des vaccins jusqu’en 2022 après la date limite des changements de Biden

Des pilotes parlent en regardant la queue d’un avion d’American Airlines à l’aéroport international de Dallas-Ft Worth.

Mike Pierre | Reuters

American Airlines retarde la mise en œuvre des règles qui exigent que tout le personnel soit vacciné contre Covid-19 jusqu’au 4 janvier, quelques heures après que l’administration Biden a reporté son délai pour que les contractants fédéraux respectent les exigences.

Auparavant, plus de 100 000 employés de la ligne principale d’American Airlines devaient recevoir leur dernier vaccin Covid avant le 24 novembre, s’ils recevaient un vaccin à deux injections, afin d’être complètement vaccinés avant le 8 décembre, l’ancienne date limite.

« Compte tenu de cette évolution, tous les membres de l’équipe américaine et les membres d’équipage basés en Amérique latine ont jusqu’au 4 janvier 2022 pour soumettre une preuve de vaccination ou une demande d’hébergement », ont écrit le PDG Doug Parker et le président d’American, Robert Isom, dans une note de service. . La compagnie aérienne étend également son offre d’un jour de vacances supplémentaire et d’une valeur de 50 $ d’incitatifs à l’entreprise jusqu’au 4 janvier.

Southwest Airlines et d’autres transporteurs devraient emboîter le pas.

Ces deux compagnies aériennes ont fait face à l’opposition des syndicats de pilotes et de certains autres employés contre le mandat. Les dirigeants des compagnies aériennes des transporteurs ont exhorté le personnel à demander des exemptions afin de respecter la date limite de vaccination, qui tombait auparavant la veille de Thanksgiving. Les dirigeants ont déclaré qu’ils ne s’attendaient pas à ce que le mandat ait un impact sur les voyages de vacances, mais la nouvelle date limite leur donne plus de temps pour se conformer.

Le syndicat qui représente les pilotes d’American Airlines a écrit aux responsables de l’administration Biden et aux législateurs en septembre pour avertir que la période de mise en œuvre de 60 jours pourrait entraîner des pénuries de main-d’œuvre et des interruptions de vol. Le syndicat a également cherché une alternative au mandat, comme des tests Covid réguliers. « Nous sommes ravis de voir qu’il reste plus de temps pour nous attaquer à ce décret assez conséquent », a déclaré le porte-parole de l’Allied Pilots Association et capitaine d’American Airlines, Dennis Tajer, après l’annonce de la prolongation du délai de l’entrepreneur fédéral. Il a déclaré que le syndicat demandait toujours à l’administration d’envisager « sérieusement » une alternative aux tests réguliers, conformément aux règles de l’OSHA.

American, Southwest, Alaska Airlines et JetBlue Airways sont des sous-traitants fédéraux qui transportent du courrier américain, des employés du gouvernement, du fret et fournissent d’autres services. Chacune de ces compagnies aériennes a déclaré qu’elle se conformerait aux règles de l’administration Biden, publiées en septembre, qui obligent les entrepreneurs fédéraux à s’assurer que leurs employés sont vaccinés ou reçoivent une exemption.

Les règles sont plus strictes que les exigences en matière de vaccins que l’administration Biden a publiées jeudi pour les entreprises non contractantes de plus de 100 employés, qui permettent aux employés d’être testés régulièrement au lieu de se faire vacciner.

United Airlines a émis son propre mandat au cours de l’été qui exigeait que le personnel soit vacciné, reçoive une exemption ou soit licencié. La compagnie aérienne basée à Chicago affirme que plus de 96% de ses employés américains sont vaccinés.

Delta Air Lines affirme qu’environ 90 % de son personnel américain est vacciné. L’entreprise n’a pas émis de mandat, mais ce mois-ci, elle a commencé à facturer aux employés non vaccinés 200 $ de plus par mois pour l’assurance maladie de l’entreprise.

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.