Alors que le Canada fait face à une récession potentielle, Freeland présentera un énoncé économique à l’automne – Kelowna Capital News

Une récession imminente et la nécessité pour le Canada de suivre le rythme des États-Unis en matière d’investissements dans les énergies propres seront à l’avant-plan la semaine prochaine lorsque la ministre des Finances, Chrystia Freeland, présentera son mini-budget d’automne.

Freeland a déjà averti de ne pas s’attendre à ce que beaucoup d’argent aide les Canadiens à faire face à l’inflation persistante, soulignant ces dernières semaines que cela ne ferait qu’alimenter davantage l’inflation.

« Nous ne pouvons pas soutenir chaque Canadien comme nous l’avons fait avec les mesures d’urgence que nous avons mises en place au plus fort de la pandémie », a-t-elle déclaré le 19 octobre dans un discours prononcé devant l’Automotive Parts Manufacturers’ Association à Windsor, en Ontario. .

Mais elle a signalé que les Canadiens peuvent s’attendre à un énoncé économique d’automne axé sur l’économie que le Canada essaie de «saisir» pour l’avenir, à savoir un énoncé fortement axé sur l’énergie propre, les véhicules électriques, la fabrication de batteries et les minéraux essentiels.

Elle a déclaré que la déclaration comprendra la première partie de la réponse du Canada à la loi américaine sur la réduction de l’inflation, qui prévoyait près de 400 milliards de dollars pour l’énergie verte et le changement climatique.

Le ministre des Ressources naturelles, Jonathan Wilkinson, a fait la lumière sur ce à quoi cela pourrait ressembler dans un discours à Toronto mercredi. Les incitations fiscales de la législation pour la production d’hydrogène, les minéraux critiques et la fabrication de batteries sont parmi les plus grandes préoccupations du Canada, a-t-il déclaré.

“Il y a quelques domaines comme celui-là, où, vous savez, je pense que la ministre Freeland a été claire, et j’ai été clair sur le fait que je pense que nous devrons réagir”, a-t-il déclaré.

« Je ne vais pas vous dire quand nous allons répondre, mais nous devrons répondre. Parce qu’en fin de compte, nous voulons nous assurer qu’il y a un endroit concurrentiel où les gens peuvent faire des investissements au Canada.

En plus de la concurrence pour les investissements, on craint qu’il n’y ait qu’un nombre limité de travailleurs qualifiés et de fournitures pour faire démarrer les projets et que le Canada se retrouve en queue de peloton si ses investissements ne suivent pas le rythme.

Wilkinson a également déclaré lors d’une discussion lors d’une conférence sur le zéro net à Ottawa plus tôt ce mois-ci qu’il parlait avec Freeland de la possibilité d’investir dans l’énergie propre pour à la fois répondre aux besoins croissants en électricité du Canada et garantir que 100% de cette électricité provienne de sources non émettrices ou de sources renouvelables.

Le budget 2022 du Canada prévoyait un crédit d’impôt de 30 % pour la production d’hydrogène propre et d’environ 50 % pour le captage et le stockage du carbone. Cette dernière est une technologie qui piège les émissions de dioxyde de carbone à leur source – principalement les grandes installations industrielles et les centrales électriques – et les ramène sous terre.

La capture du carbone est le principal moyen pour les producteurs canadiens de pétrole et de gaz d’atteindre leurs objectifs et leurs réglementations en matière d’émissions, bien que les groupes environnementaux préviennent que la technologie n’a pas encore fait ses preuves à grande échelle.

Mais la loi américaine sur la réduction de l’inflation est arrivée avec des incitations fiscales beaucoup plus généreuses pour la capture de l’hydrogène et du carbone, et Freeland cherche comment combler cet écart. Si cela ne se produit pas dans la mise à jour financière du 3 novembre, le prochain budget inclura probablement de telles mesures.

Même si l’inflation ralentit — elle est tombée à 6,9 % en septembre, comparativement à un sommet de 8,1 % en juin —, elle demeure l’une des plus grandes préoccupations tant pour les Canadiens que pour le gouvernement.

Randall Bartlett, directeur principal de l’économie canadienne chez Desjardins, a déclaré qu’il s’attend à ce que le gouvernement respecte son engagement en matière de discipline budgétaire compte tenu du climat économique actuel.

« Je ne pense pas que le gouvernement fédéral veuille lutter contre la Banque du Canada en mettant en place des mesures qui augmenteront l’inflation », a déclaré Bartlett.

La Banque du Canada lutte contre une inflation élevée depuis des décennies avec des hausses agressives des taux d’intérêt depuis mars. La banque centrale a relevé ses taux d’intérêt cette semaine pour la sixième fois cette année, la hausse d’un demi-point portant son taux directeur à 3,75 %.

La banque et Freeland ont mis en garde contre un ralentissement économique et peut-être une récession.

Robert Asselin, vice-président principal du Conseil canadien des affaires, affirme que la discipline budgétaire est particulièrement importante alors que le pays fait face à une inflation élevée, à des taux d’intérêt en hausse et à une faible croissance économique.

“L’accent devrait maintenant être mis sur la prudence budgétaire pour s’assurer que la banque centrale peut ramener l’inflation dans sa fourchette cible”, a déclaré Asselin dans un communiqué.

Desjardins prévoit que le déficit fédéral atteindra environ 20 milliards de dollars à la fin de l’exercice, bien que Bartlett note que cela n’inclut aucune dépense qui pourrait être annoncée dans l’énoncé économique de l’automne.

Des mises à jour mensuelles du ministère des Finances ont montré que les finances fédérales se sont améliorées à mesure que les revenus ont augmenté et que les dépenses liées à la pandémie de COVID-19 ont diminué.

Au cours des cinq premiers mois de l’exercice 2022-2023, le gouvernement fédéral a affiché un excédent de 3,9 milliards de dollars, comparativement à un déficit de 57,2 milliards de dollars enregistré pour la même période l’an dernier.

Bartlett dit que les finances fédérales se sont améliorées plus que prévu en raison du marché du travail serré du Canada qui fait grimper les salaires, des entreprises qui engrangent des profits élevés et de l’inflation qui stimule les recettes fiscales.

—Nojoud Al Mallees et Mia Rabson, La Presse Canadienne

économiePolitique fédéraleFinance