Alfie Hewett soulagé après avoir été autorisé à jouer au tennis en fauteuil roulant : « Des torrents de larmes » | Actualités Tennis


Alfie Hewett a parlé des « flots de larmes » qui ont suivi après avoir été autorisé à poursuivre sa carrière de tennis en fauteuil roulant

Alfie Hewett insiste sur le fait qu’il n’a aucun ressentiment envers le processus de deux ans qui a menacé de l’exclure du tennis en fauteuil roulant.

Le joueur de 23 ans a confirmé l’article de l’agence de presse PA la semaine dernière selon lequel il avait été autorisé à poursuivre sa carrière couronnée de succès après avoir repensé les modifications apportées aux règles de classification.

Hewett, qui souffre de la maladie de Perthes à la hanche, a appris en 2019 qu’il ne répondait pas aux nouveaux critères déterminant qui serait éligible pour participer à ce sport.

Cependant, les critères étaient basés sur le para-athlétisme et, à la suite de nouvelles recherches sur les exigences spécifiques du tennis, Hewett a été réévalué le week-end dernier à Amsterdam et a reçu la bonne nouvelle.

Il a déclaré à propos de ce moment: « J’ai à peine eu un clin d’œil la nuit précédente, donc j’étais assez épuisé, juste des flots de larmes. J’ai évidemment fait savoir à tout le monde à la maison que ma famille était au bord de leur siège pendant une longue période.

« J’ai pris un verre de champagne à l’aéroport, mais la première chose que je voulais faire était de dormir parce que j’étais épuisé. Mentalement et émotionnellement, c’était une expérience très épuisante mais évidemment la meilleure.

« Ce n’est que maintenant que je réalise à quel point tout cela m’a vraiment pesé. Vous l’avez probablement tous ressenti dans votre vie à un moment donné lorsque quelque chose d’aussi lourd vous a été enlevé que vous avez réellement l’impression que cela se soulève de vos épaules, et je l’ai fait. Je viens de ressentir tant de soulagement. »

La philosophie de la Fédération Internationale de Tennis concernant le tennis en fauteuil roulant est d’offrir des opportunités de jeu compétitif aux joueurs qui ne peuvent pas participer à la version non handicapée du sport.

Hewett, qui utilise un fauteuil roulant depuis l’âge de sept ans, fait clairement partie de cette catégorie, mais il a déclaré : « Je n’ai aucun ressentiment.

« Ce n’était pas une chose personnelle et, même si cela m’a beaucoup affecté, j’ai toujours été conscient que l’ITF, en tant qu’organe directeur, a la responsabilité de veiller au code de classification dans le sport. Maintenant, tout ce qui m’importe, c’est d’aller de l’avant et ce qu’ils font pour le sport est formidable.

« Je ne peux avoir aucun mauvais sentiment envers eux. Ils m’ont permis de continuer, je n’ai raté aucun tournoi à cause de cette décision. »

Le joueur de Norfolk a d’abord été informé qu’il ne serait pas éligible pour concourir à partir de la fin de 2020, mais la pandémie de coronavirus et le report des Jeux paralympiques ont fait qu’il a été repoussé d’un an, prolongeant la période d’incertitude.

« La phase initiale de tout cela a été vraiment difficile à comprendre », a-t-il déclaré. « Évidemment, j’étais beaucoup plus jeune, je pense que ma maturité n’a probablement pas aidé la situation.

« J’avais peur, je ne savais pas si j’avais un avenir dans le sport. J’ai sacrifié et consacré à peu près mon enfance et toute ma carrière pour le sport. Donc, évidemment, obtenir cette nouvelle au début était une chose difficile à prendre .

« J’ai eu beaucoup de conversations. Je travaille avec une psychologue de toute façon donc elle est devenue encore plus grosse pendant cette période pour pouvoir continuer. Une fois que j’ai surmonté la réaction initiale et l’émotion de tout cela, je me suis promis que je voulais, si c’était allait être ma dernière année, sortir de la meilleure des manières.

« Si la dernière année avait été passée à être en colère contre cette décision ou à ne pas la donner à 100%, je pense que j’aurais beaucoup de regrets.

« J’ai vécu des expériences incroyables au cours des deux dernières années et j’ai presque l’impression qu’à cause de la situation, cela m’a donné une dimension supplémentaire à mon entraînement, une motivation supplémentaire pour me dépasser, travailler et m’améliorer. »

Hewett ne saura jamais si les choses se seraient déroulées différemment sur le terrain sans l’épée suspendue au-dessus de sa tête, mais il a connu un succès remarquable, remportant ses quatrième et cinquième titres du Grand Chelem en simple à Roland-Garros et en restant invaincu en double. aux côtés de Gordon Reid.

Lui et Reid espèrent poursuivre une série de huit victoires à l’Open d’Australie, alors qu’ils peuvent désormais également viser une première médaille d’or paralympique en 2024 après une défaite déchirante en finale à Tokyo.

Hewett sait qu’il y a peut-être des gens qui remettent maintenant en question sa place dans le sport, mais il est imperturbable, déclarant: « On parle de moi depuis deux ans et demi maintenant. J’ai dû écouter les commentaires, et bien sûr ce n’est pas facile.

« Chacun a droit à son opinion et à son jugement. Je sais où j’en suis, je connais la situation d’un point de vue factuel et je n’ai jamais rien fait de mal. Je pense que cette décision prouve que j’ai le droit de jouer au tennis en fauteuil roulant. « 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *