Skip to content
Alex Morgan de USWNT proche de son meilleur après le combat contre COVID-19

Le directeur de l’équipe nationale féminine américaine, Vlatko Andonovski, a déclaré que l’attaquant vedette Alex Morgan se rapprochait de la meilleure forme avant la prochaine Coupe SheBelieves, bien qu’il ait raté le camp de janvier de l’équipe en raison d’un combat contre COVID-19.

Morgan, 31 ans, sa fille Charlie et son mari Servando Carrasco ont tous été testés positifs pour le coronavirus à Noël. Elle n’a pas beaucoup joué au football depuis la naissance de Charlie, son premier enfant, en mai 2020, mais Andonovski a déclaré mercredi qu’elle avait impressionné à son retour à l’USWNT.

– Foudy: les États-Unis devraient dominer la SheBelieves Cup; Les Jeux olympiques ensuite?
– Morgan: J’étais assez malade avec le COVID-19, j’ai mis du temps à récupérer

«Chaque jour, elle a fait de mieux en mieux et progresse littéralement de l’entraînement à l’entraînement», a-t-il déclaré à propos de Morgan. « Donc elle est très proche d’elle-même ou va dans une direction pour être la meilleure version d’elle-même. Cela nous rend très excités parce que nous savons que si elle est à son meilleur, elle peut être mortelle. »

Les États-Unis affronteront le Canada lors de l’ouverture de la Coupe SheBelieves jeudi, le Canada étant à la recherche de sa première victoire contre l’USWNT depuis 2001.

Les deux rivaux de longue date s’affronteront lors du deuxième match de la journée après l’ouverture du match avec le Brésil et l’Argentine. Mais le Canada manquera certains piliers. L’attaquant Christine Sinclair et le milieu de terrain Diane Matheson sont tous deux absents en raison d’une blessure, tandis que le défenseur Kadeisha Buchanan, l’attaquant Jordan Huitema et le défenseur Ashley Lawrence n’ont pas été libérés par leurs clubs.

Le Canada aura Jessie Fleming, Janine Beckie et Allysha Chapman, qui comptent toutes plus de 70 sélections, mais étant donné les absences susmentionnées, Andonovski a déclaré qu’il pourrait y avoir des changements dans son approche tactique pour le match.

« Notre stratégie peut changer en ce qui concerne la façon dont nous allons défendre maintenant, car [Sinclair] n’est pas là, ou comment nous allons attaquer puisque Buchanan n’est pas là « , at-il dit. » Il y a donc certains ajustements que nous pourrions avoir dans notre stratégie, mais l’approche ne va pas changer du point de vue mental. « 

Alex Morgan de USWNT proche de son meilleur après le combat contre COVID-19jouer

1:47

Megan Rapinoe loue la profondeur de l’USWNT dans l’équipe de haut en bas, en particulier avec l’impact des jeunes joueurs.

Andonovski a ajouté: « Le Canada arrive avec tant de détermination et de bataille quand il joue contre l’équipe nationale féminine américaine. Je ne pense pas qu’il soit égalé par une autre équipe que nous ayons affrontée auparavant, alors nous allons certainement nous attendre à cette intensité. . « 

Le tournoi propose un calendrier compressé de trois matchs en sept jours, les États-Unis affrontant le Brésil dimanche et l’Argentine le jeudi suivant. Andonovski a déclaré qu’il adopterait une « approche mixte » en termes de répartition du temps de jeu.

« Certains joueurs, nous allons tester comment ils vont réagir lors de trois matchs consécutifs dans un court laps de temps parce que cela ressemble à la phase de groupes des JO », a-t-il déclaré. « Mais avec certains joueurs, nous allons l’utiliser comme plateforme d’évaluation, afin que nous puissions prendre des décisions à l’avenir. »

Le calendrier pourrait également avoir une influence sur la tactique de l’équipe américaine, en ce sens qu’elle pourrait choisir de faire moins pression que par le passé, bien qu’Andonovski note que ce n’est pas l’approche préférée de son équipe.

« Parfois, nous y pensons. Voulons-nous le recomposer et à quel point nous voulons le recomposer? » il a dit: « Ce n’est pas aussi facile juste à cause de la mentalité des joueurs. Nous n’avons pas l’habitude de nous asseoir et de nous défendre. Nous n’avons pas l’habitude d’attendre que les équipes nous attaquent. Nous voulons attaquer quand nous les défendons et quand nous ne sommes pas en possession.

« Alors je suis sûr qu’il y aura des moments [during] les jeux où on a l’impression de pouvoir le recomposer … On va essayer de faire ça, et on va essayer de contrôler le tempo pendant qu’on est en possession et un peu moins quand on est hors de possession. »