Skip to content

Un technicien d’Airbus travaille dans un segment de fuselage dans le nouvel assemblage structurel de la famille Airbus A320 dans le Hangar 245 de l’usine Airbus de Finkenwerder.

Christian Charisius | alliance photo | Getty Images

Battu par la pandémie de coronavirus, l’avionneur européen Airbus a déclaré mardi qu’il devait supprimer 15 000 emplois, principalement en Europe, pour protéger son avenir et a mis en garde contre de nouvelles années à venir.

« Avec un trafic aérien qui ne devrait pas retrouver son niveau d’avant COVID avant 2023 et potentiellement jusqu’en 2025, Airbus doit désormais prendre des mesures supplémentaires », a indiqué la compagnie dans un communiqué.

Au plus tard à l’été 2021, Airbus veut licencier 5 000 travailleurs en France, 5 100 en Allemagne, 1 700 en Grande-Bretagne, 900 en Espagne et 1 300 autres dans des installations ailleurs.

Airbus a déclaré vouloir commencer à effectuer les coupes d’ici quelques mois, à partir de cet automne. Il visera les départs volontaires et les départs anticipés à la retraite, mais a également déclaré que les pertes d’emplois obligatoires ne peuvent être exclues. Il a déclaré qu’il consultait déjà les syndicats.

Airbus a déclaré que son activité commerciale d’avions commerciaux avait chuté de près de 40%, la pandémie ayant fermé les frontières, stoppé le tourisme de masse et mis les compagnies aériennes à genoux, battant le constructeur européen et son rival Boeing.

« Airbus fait face à la crise la plus grave que ce secteur ait jamais connue », a déclaré le PDG de la société, Guillaume Faury, dans le communiqué. « Les mesures que nous avons prises jusqu’à présent nous ont permis d’absorber le choc initial de cette pandémie mondiale. Maintenant, nous devons nous assurer que nous pouvons soutenir notre entreprise et sortir de la crise en tant que leader aérospatial mondial sain. »

Airbus a enregistré 481 millions d’euros (515 millions de dollars) de pertes au premier trimestre, mis des milliers de travailleurs en congé et cherché des milliards de prêts pour survivre à la crise des coronavirus.