Afghanistan. L’engagement des talibans à reconnaître les droits des femmes « que l’Islam leur a donnés » devrait sonner l’alarme |  Nouvelles du monde

Les actes sont plus éloquents que les mots, comme le dit le proverbe, mais les talibans ont saisi leur première occasion de s’adresser au monde et de déclarer non seulement un nouvel émirat, mais un autre qu’ils prétendent pouvoir prendre sa place au sein de la communauté internationale – bien que sur la base de leurs principes strictement islamistes .

Dans le cadre grandiose du palais présidentiel du pays, devant un drapeau blanc des talibans, ils ont donné un premier aperçu de ce qu’ils disent être le nouveau gouvernement d’un nouveau taliban.

De toute évidence, ils ont tenté d’aborder certaines des questions qui préoccupent grandement le monde extérieur.

Pas de place pour des actes d’agression à planifier dans Afghanistan, une référence claire à al-Qaïda et à son entraînement au terrorisme qui a conduit aux attentats du 11 septembre.

Aucune attaque contre les personnes qui ont travaillé pour la communauté internationale et les armées de la coalition, comme les traducteurs. En effet, ils ont promis une amnistie et ont demandé aux fonctionnaires de reprendre le travail.

Pas d’arrestations aléatoires de membres ordinaires du public vaquant à leurs occupations quotidiennes.

Aucune attaque contre les complexes diplomatiques, promettant de les protéger de toute perturbation.

Et enfin, un engagement à reconnaître les droits des femmes. En réalité, c’est le grand.

À bien des égards, la façon dont ils traitent les droits des femmes sera le meilleur indicateur pour savoir s’ils offrent vraiment une nouvelle Talibans, qui a appris de 20 ans sans pouvoir – ou si tous les autres engagements ne sont que des mots.

Veuillez utiliser le navigateur Chrome pour un lecteur vidéo plus accessible

Les femmes peuvent travailler et étudier, selon les talibans

Sous les talibans de 1996 à 2001, les femmes ont énormément souffert – éducation et emplois décents refusés à tous, généralement obligées de rester à la maison et obligées de porter la burqa à tout moment à l’extérieur.

Lors de la conférence de presse, ils ont déclaré qu’ils reconnaissaient les droits des femmes « que l’Islam leur a donnés » et ont déclaré que les femmes pouvaient travailler, aller à l’école et travailler dans les écoles et les hôpitaux.

Veuillez utiliser le navigateur Chrome pour un lecteur vidéo plus accessible

Un journaliste plaide pour que les talibans ne soient pas reconnus

Cela devrait déclencher une sonnette d’alarme partout.

Cela fait suite à une interprétation de la charia des droits des femmes, qui, selon toutes les normes occidentales et une grande partie du reste du monde, n’est pas du tout un respect des droits des femmes, tels que nous les connaissons.

En effet, tout au long de la conférence de presse, les talibans sont restés vagues sur un certain nombre de questions, non seulement sur le type d’emplois que les femmes pourraient exercer, mais aussi sur la date de formation du gouvernement et sur qui en ferait partie, parmi eux.

Suivez le podcast Quotidien sur Podcasts Apple, Google Podcasts, Spotify, diffuseur

C’était une conférence de presse, rien de plus.

Mais une conférence de presse télévisée des talibans, alors qu’il y a à peine 20 ans, la télévision était interdite ici, la rend remarquable et fascinante.

Cependant, ce n’était qu’une conférence de presse… beaucoup de mots et jusqu’à présent, aucune action.

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.