Affaire du FBI : un milliardaire russe a échappé aux sanctions américaines pour livraison de fleurs

OTTAWA –

Un oligarque russe inculpé jeudi aux États-Unis pour complot en vue de contourner son régime de sanctions est accusé, entre autres, d’avoir fait livrer des fleurs à un ancien député au Canada.

Le milliardaire Oleg Vladimirovitch Deripaska fait l’objet de sanctions américaines depuis 2018, lorsque le département du Trésor américain a déclaré qu’il agissait pour ou au nom d’un haut responsable russe et opérait dans le secteur énergétique de l’économie russe.

Il a été ajouté à la liste des sanctions du Canada cette année après l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

Bien qu’il lui soit interdit d’obtenir des biens et de la technologie américains, le FBI allègue que Deripaska a ordonné à des co-conspirateurs de gagner des millions de dollars dans ce pays au nom de lui et de l’une de ses sociétés, Basic Element.

Andrew C. Adams, un procureur fédéral de Manhattan qui dirige un groupe de travail chargé de poursuivre les crimes des oligarques russes, a déclaré dans un communiqué que Deripaska cherchait à profiter de la vie en Amérique “malgré ses liens étroits avec le Kremlin et sa vaste richesse acquise grâce à des liens avec un régime corrompu. »

Deripaska et deux autres, la citoyenne russe Natalia Mikhaylovna Bardakova et la citoyenne américaine Olga Shriki, ont été accusées de complot en vue de violer et d’échapper aux sanctions américaines. Shriki est également accusé de destruction de dossiers pour avoir prétendument supprimé des dossiers électroniques liés au contournement des sanctions.

Un communiqué de presse du ministère américain de la Justice indique que Shriki, qui est du New Jersey, a acheté et envoyé des cadeaux à des contacts sociaux nord-américains au nom de Deripaska – y compris deux livraisons de fleurs à une personne décrite comme “un ancien membre du Parlement canadien à l’époque”.

Shriki a été arrêté ce matin et est la seule personne détenue. Son avocat, Bruce Maffeo, a refusé de commenter lorsqu’on l’a interrogé sur les livraisons.

Le communiqué décrit également un stratagème présumé visant à s’assurer que le bébé de Deripaska serait né aux États-Unis afin que l’enfant puisse profiter du système de santé et des avantages d’un droit d’aînesse américain.

Shriki et la mère de l’enfant, Ekaterina Olegovna Voronina, sont accusées d’avoir fait de fausses déclarations à des agents fédéraux.

Après la naissance, les trois coaccusés de Deripaska ont conspiré pour dissimuler le nom du vrai père de l’enfant en orthographiant légèrement le nom de famille de l’enfant, selon l’acte d’accusation.

L’acte d’accusation comprenait des demandes pour que Deripaska et ses co-accusés confisquent des actifs aux États-Unis, y compris une propriété à Washington, DC, et deux propriétés à Manhattan.


Ce rapport de La Presse canadienne a été publié pour la première fois le 29 septembre 2022.


Avec un fichier de Dylan Robertson et avec des fichiers de l’Associated Press.