Affaire de pornographie de Raj Kundra : la branche criminelle de Mumbai convoque Gehana Vasisth, 2 autres personnes |  Nouvelles des gens

Bombay : Dimanche 25 juillet, la cellule des biens de la Mumbai Crime Branch a convoqué l’acteur de télévision et mannequin Gehana Vasisth et deux autres personnes pour un interrogatoire dans le cadre d’une affaire de pornographie, a informé dimanche un responsable de la police.

Les trois personnes convoquées doivent comparaître devant la section criminelle avant 12 heures ce jour. Gehana Vashisht alias Vandana Tiwari, qui est actuellement libérée sous caution, avait déjà été arrêtée en février 2021 dans une affaire de pornographie.

Elle a été libérée sous caution au bout de quatre mois. Pendant ce temps, en enquêtant sur l’affaire du film porno, la police de Mumbai a trouvé une armoire cachée dans le bureau Viaan et JL Stream du mari et homme d’affaires de l’actrice Shilpa Shetty, Raj Kundra, à Andheri, à Mumbai.

« Crime Branch a trouvé une armoire cachée dans le bureau Viaan et JL Stream de l’homme d’affaires Raj Kundra à Andheri à Mumbai lors de perquisitions liées à une affaire de pornographie », a informé la police de Mumbai.

Selon des sources, Raj Kundra sera bientôt confronté à des affaires de blanchiment d’argent et de loi sur la gestion des changes (FEMA) à son encontre, car la Direction de l’application (ED) est susceptible d’enregistrer des affaires en vertu de ces lois à son encontre.

Kundra, 45 ans, a été arrêté par la police de Mumbai tard le 19 juillet avec 11 autres personnes sur des accusations liées à la création présumée de films pornographiques et a été placé en garde à vue jusqu’au 23 juillet.

Actuellement, l’affaire concerne la création présumée de films pornographiques et leur publication via certaines applications.

Kundra a été désigné comme le principal conspirateur par la police de Mumbai qui a porté des accusations contre lui en vertu des articles 420 (triche), 34 (intention commune), 292 et 293 (liés aux publicités et affichages obscènes et indécents) du Code pénal indien ( IPC) en plus des articles pertinents de la loi sur l’informatique et de la loi sur la représentation indécente des femmes (interdiction).

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.

Comments