Skip to content

Hiroto Saikawa, président et chef de la direction de Nissan Motor

Akio Kon | Bloomberg | Getty Images

Nissan Motor Co n'envisage pas actuellement de demander à son directeur général Hiroto Saikawa de démissionner, ont déclaré vendredi à Reuters deux personnes au courant de l'affaire, un jour après leur avoir avoué avoir été surpayé en violation des procédures internes.

Une enquête interne a révélé que Saikawa et d'autres dirigeants avaient reçu une indemnisation inappropriée, a rapporté Reuters jeudi, soulevant des doutes sur l'engagement de Saikawa à améliorer la gouvernance suite à l'arrestation de l'ancien président Carlos Ghosn l'année dernière pour inconduite financière.

"Cela n'arrivera pas. Je ne pense pas que ce sera le cas", a déclaré l'une des sources à la question de savoir si Saikawa pourrait démissionner de son poste.
la responsabilité de la faute reprochée.

"Il n'y a pas d'illégalité", a déclaré la source, refusant d'être identifiée car les informations ne sont pas rendues publiques.

Nissan n'était pas immédiatement disponible pour commenter.

Saikawa a présenté ses excuses jeudi et a promis de restituer les fonds indûment versés car il a avoué aux journalistes japonais qu'il avait reçu à tort une indemnité liée à des actions en vertu d'un "stratagème de l'époque Ghosn".

Les paiements irréguliers, y compris des dizaines de millions de yen reçus par Saikawa dans le cadre d'un système de droits à la plus-value des actions, ont été révélés mercredi lors d'une réunion du comité d'audit de Nissan, avait déjà annoncé Reuters.

Le conseil d'administration de Nissan, qui doit se réunir lundi, devrait discuter de mesures disciplinaires éventuelles.

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *