Skip to content

Anheuser-Busch InBev a déclaré qu’il était encouragé par une reprise des ventes mondiales de bière en juin après avoir subi une forte baisse des résultats du deuxième trimestre et avoir avalé une charge de dépréciation de 2,5 milliards de dollars en Afrique.

Les actions du fabricant de Budweiser, Corona et Stella Artois ont augmenté de 6,8% à 8h00 GMT, ce qui en fait le plus performant de l’indice FTSEurofirst 300 des principales actions européennes.

Les traders et les analystes ont déclaré que les bénéfices du deuxième trimestre meilleurs que prévu et la reprise de juin étaient clairement positifs.

Les ventes du brasseur ont chuté de près d’un tiers en avril, ses activités au Mexique, en Afrique du Sud et au Pérou ayant fermé et des bars fermés sur la plupart des marchés.

Cependant, une reprise significative au Mexique et en Afrique du Sud, une croissance d’une année sur l’autre au Brésil et des volumes records en Chine en juin ont entraîné une croissance des ventes de bière de 0,7% par rapport à l’année précédente.

« Nous sommes sortis du trimestre avec une confiance renforcée dans la résilience de notre activité et de la catégorie mondiale de la bière », a déclaré la société dans un communiqué jeudi.

AB InBev s’est dit enthousiasmé par la réouverture des bars, mais prudent compte tenu du renouvellement des restrictions sur certains marchés et d’une deuxième interdiction des ventes d’alcool à partir de la mi-juillet en Afrique du Sud.

Le plus grand brasseur du monde a déclaré avoir effectué un examen de l’impact de la pandémie sur ses activités. Il a conclu qu’il risquait une dépréciation en Afrique et a décidé de prendre une charge hors trésorerie de 2,5 milliards de dollars.

L’Afrique figurait parmi les joyaux de la couronne obtenus lors de l’achat de près de 100 milliards de dollars par AB InBev du plus proche rival SABMiller en 2016, bien que ses activités sud-africaines aient connu des difficultés, avec des marges en baisse de plus de 6 points de pourcentage l’année dernière.

« L’Afrique du Sud est faible depuis plusieurs années, mais la pandémie semble l’avoir fait basculer », a déclaré Trevor Stirling, analyste des boissons chez Bernstein Securities.

La société basée en Belgique a déclaré que les volumes globaux de bière avaient chuté de 17% et le bénéfice de base de 34% à 3,41 milliards de dollars sur une base comparable, ce qui était mieux que les baisses de 23% et 36% dans un sondage réalisé par l’entreprise.