Skip to content

La reine a autorisé le prince Harry et Meghan Markle à démissionner en tant que Royals seniors à la suite d'un tête-à-tête privé avec son petit-fils au sommet de la crise d'hier, a-t-on révélé hier soir.

Après une réunion de famille à Sandringham, Sa Majesté a publié une déclaration historique et chargée d'émotions regrettant la décision du duc et de la duchesse de Sussex de partager leur temps entre le Canada et le Royaume-Uni alors qu'ils terminent leurs fonctions royales.

Selon le compte-rendu du rédacteur en chef du Daily Mail, Richard Kay, de la confrontation à Norfolk:

  • Harry est arrivé deux heures plus tôt que prévu pour obtenir une rencontre en tête-à-tête avec la Reine afin de donner son côté de l'histoire;
  • Meghan n'a pas été autorisée à se joindre aux discussions lors d'une conférence téléphonique de peur que la conversation ne reste pas privée;
  • Des sources proches du prince Charles ont déclaré qu'il avait averti Harry qu'il ne disposait pas de «ressources illimitées» pour soutenir son nouveau style de vie;
  • Des initiés ont également affirmé que le prince de Galles craignait que son plus jeune fils espère payer les factures familiales en utilisant les fonds du duché de Cornwall;
  • La rencontre de deux heures entre la reine, Charles, William et Harry s'est déroulée dans un environnement «calme».

Selon des amis, Harry est arrivé en avance sur le calendrier pour régler les choses avec sa grand-mère, qui est entrée dans les pourparlers croisés profondément déçue avec lui et Meghan de vouloir se retirer de leurs fonctions officielles.

Dans la déclaration d'hier soir, son sincère regret a été clairement exprimé, affirmant qu'elle «aurait préféré qu'ils restent des membres actifs à plein temps».

Mais après son face à face avec Harry – suivi de deux heures de discussions “ calmes '' avec lui, Charles et William – Sa Majesté a accepté une “ période de transition '' où le duc et la duchesse se retireraient des engagements royaux pendant qu'ils passeraient plus de temps au Canada.

Après que les princes Charles, William et Harry ont quitté la réunion dans trois voitures distinctes, le rédacteur en chef du Daily Mail, Richard Kay, a révélé que Meghan ne pouvait pas participer à la réunion depuis Vancouver.

Les responsables du palais ont déclaré qu'une telle idée avait été rejetée car personne ne savait avec certitude qui d'autre aurait pu écouter.

Un initié a déclaré: "Il s'agissait d'une discussion familiale très confidentielle, pas d'une conférence téléphonique."

La reine a déclaré que l'élaboration d'un plan viable pour l'avenir financièrement indépendant de Harry et Meghan se révélait “ complexe '' et a indiqué que plus de détails devaient être réglés dans les prochains jours.

Et des sources ont révélé que le prince Charles considère également que l'affaire est loin d'être terminée car il sait que Harry s'appuiera sur son duché de Cornouailles pour faire face aux factures familiales.

Il a déjà donné une petite fortune à son fils cadet, de son mariage à l'aménagement du chalet Frogmore – la maison de Windsor qu'il va maintenant quitter en grande partie lorsqu'il déracine en Amérique du Nord.

Un ami dit: «Il n'a pas de ressources illimitées. Harry a besoin de savoir ça.

À l'intérieur du sommet Megxit: Harry a parlé à la reine seule pour lui donner son côté de l'histoire

Le prince Harry (photo de départ hier), le prince William et le prince Charles ont quitté Sandringham dans des voitures séparées après plus de deux heures de discussions croisées avec la reine

À l'intérieur du sommet Megxit: Harry a parlé à la reine seule pour lui donner son côté de l'histoire

La déclaration de la reine lundi soir après une journée de pourparlers pour décider de l'avenir du prince Harry et de Meghan Markle

À l'intérieur du sommet Megxit: Harry a parlé à la reine seule pour lui donner son côté de l'histoire

Le duc de Sussex a affronté la reine, son frère et son père (photographié en partant hier soir) pour la première fois depuis qu'il a quitté son poste de royal senior avec Meghan “ appelant '' pour soutenir son mari du Canada

À l'intérieur du sommet Megxit: Harry a parlé à la reine seule pour lui donner son côté de l'histoire

Le prince William photographié quittant Sandringham après les pourparlers croisés d'hier avec Harry, le prince Charles et la reine

À l'intérieur du sommet Megxit: Harry a parlé à la reine seule pour lui donner son côté de l'histoire

Que révèle la déclaration de la Reine?

Aujourd'hui, ma famille a eu des discussions très constructives sur l'avenir de mon petit-fils et de sa famille.

Le fait que la Reine ait publié la déclaration en son nom et fait référence à «ma famille» et «mon petit-fils et sa famille» est à la fois délibéré et significatif.

Le monarque a été profondément blessé par les événements de la semaine dernière – mais a également été surpris par le retour de bâton contre Harry après qu'il ait publié sa déclaration sans l'avertir au préalable. La Reine veut que le monde sache qu'elle n'est pas seulement la patronne de «The Firm» mais aussi une grand-mère.

Ma famille et moi soutenons entièrement le désir de Harry et Meghan de créer une nouvelle vie en tant que jeune famille.

La Reine, ainsi que d'autres membres supérieurs de la famille royale, expliquent clairement leur blessure lors des récents événements. Il est également déconcertant qu'Harry, en particulier, se sente qu'il a été gelé des plans pour une future monarchie allégée.

Au moment du jubilé de diamant de la reine en 2012, lorsque la reine, Charles et ses deux fils se tenaient sur le balcon du palais de Buckingham, des sources affirment qu'il était clair pour Harry qu'il était un “ élément clé '' de toute future lignée royale -up.

Les membres de la famille royale croient que Harry apporte une joie de vivre bienvenue, et sans lui et Meghan, les membres de la famille royale manqueront.

La reine comprend cependant son désir de se détacher et son refus de se plier à la convention.

Bien que nous aurions préféré qu'ils restent des membres à temps plein de la famille royale, nous respectons et comprenons leur souhait de vivre une vie plus indépendante en famille tout en restant une partie importante de ma famille.

La Reine est profondément déçue qu'Harry et Meghan se dérobent à leurs fonctions royales.

Harry et Meghan ont clairement indiqué qu'ils ne veulent pas dépendre des fonds publics dans leur nouvelle vie.

Le manque de détails à ce sujet en dit long: il y a beaucoup à trier ici.

Harry et Meghan devraient faire des millions en tant que «marque» mondiale.

Mais il ne sera pas bon marché de maintenir un style de vie transatlantique pour leur famille avec au moins deux maisons. La déclaration n'indique pas si Charles continuera de financer son fils à hauteur de 2 millions de livres sterling par an. Cela évite également la question de la sécurité financée par les contribuables et de l'aide consulaire.

Les membres de la famille royale craignent que tout sentiment d'encaissement ne dévalorise leur propre marque.

Il a donc été convenu qu'il y aura une période de transition au cours de laquelle les Sussex passeront du temps au Canada et au Royaume-Uni.

L'intervalle royal. En déplaçant leur fils, leurs chiens et leur famille au Canada, Harry et Meghan ont déjà signalé à la reine que, dans l'immédiat du moins, il n'y avait aucune intention de revenir.

En cela, la reine a eu très peu de choix. Elle ne peut pas leur ordonner de revenir, alors elle pourrait aussi bien capituler afin de maintenir la paix tout en essayant d'officialiser les nouveaux arrangements.

Ce sont des questions complexes que ma famille doit résoudre et il y a encore du travail à faire, mais j'ai demandé que des décisions finales soient prises dans les prochains jours.

Il s'agit d'une crise sans précédent pour la Famille qui est loin d'être terminée. La reine souhaite désespérément que la tempête passe et a demandé à ses courtisans de redoubler d'efforts pour trouver une solution.

La reine a ordonné au personnel de trouver une solution “ en quelques jours '' aux points d'achoppement restants, y compris le futur financement du couple, qui devrait imposer des règles rigides à leurs activités commerciales.

Un chiffre a déclaré: «Il y aura des instructions strictes sur l'image de marque, par exemple. Personne ne veut voir le nom des Sussex sur un pot de margarine.

Ce fut un clin d'œil délibéré à ce qui s'est passé à la suite de la mort de Diana lorsque son fonds commémoratif a commencé à approuver des programmes de collecte de fonds qui ont consterné le public.

La parade royale sans précédent d'hier a culminé avec une déclaration de 17 heures du palais, dans laquelle la reine a donné à Harry et Meghan le feu vert pour aller de l'avant avec des plans pour devenir “ financièrement indépendants ''.

Le monarque a déclaré: «Aujourd'hui, ma famille a eu des discussions très constructives sur l'avenir de mon petit-fils et de sa famille.

«Ma famille et moi soutenons entièrement le désir de Harry et Meghan de créer une nouvelle vie en tant que jeune famille.

“ Bien que nous aurions préféré qu'ils restent des membres actifs à temps plein de la famille royale, nous respectons et comprenons leur souhait de vivre une vie plus indépendante en tant que famille tout en restant une partie appréciée de ma famille.

«Harry et Meghan ont clairement indiqué qu'ils ne veulent pas dépendre des fonds publics dans leur nouvelle vie.

«Il a donc été convenu qu'il y aura une période de transition au cours de laquelle les Sussex passeront du temps au Canada et au Royaume-Uni.

"Ce sont des questions complexes que ma famille doit résoudre, et il y a encore du travail à faire, mais j'ai demandé que des décisions finales soient prises dans les prochains jours."

La reine, qui cherche désespérément à sortir de la crise qui fait rage dans les rangs de la famille, a ordonné aux courtisans de redoubler d'efforts pour élaborer un plan pour l'avenir des Sussex, qui devrait être achevé dans quelques jours.

Dans le communiqué, le chef de l'Etat a rompu avec le protocole pour faire référence au couple par leurs prénoms plutôt que «duc et duchesse de Sussex».

Certains experts ont décodé cela pour signifier que Harry et Meghan pourraient être dépouillés de leurs titres, tandis que d'autres l'ont minimisé en tant que grand-mère, 93 ans, frappant simplement un ton doux.

La commentatrice royale Victoria Arbiter a déclaré que cette décision serait probablement révélatrice, tweetant: “ Je pense que c'était très frappant, en particulier dans une déclaration de la reine. Doivent-ils renoncer à leurs titres? Ce serait une indication qu'ils sont … »

Réagissant à la déclaration, le biographe et historien royal de la Reine Elizabeth, Robert Lacey, a déclaré que la langue était une intervention extrêmement personnelle, peu caractéristique des communiqués typiques du Palais.

Il a déclaré à BBC Radio 4: «C'est remarquablement pratique. Je veux dire que cela a peut-être été traité par des fonctionnaires, mais c'est la Reine, qui parle à son peuple et parle de sa famille, et je pense que le fait de le traverser est la préoccupation qu'elle ressent.

S'adressant au Times, l'auteure royale Ingrid Seward a déclaré: «Le premier tour est allé aux Sussex. Il semble que la famille royale se penche en arrière pour essayer d'aider.

La réunion sans précédent d'hier était la première fois que Harry, 35 ans, rencontrait ses parents les plus proches depuis début novembre, le prince et sa femme ayant pris une pause de six semaines au Canada pendant la période de Noël. Bien qu'ils soient revenus la semaine dernière, Meghan, 38 ans, est déjà rentrée au pays.

Les aides sont maintenant prêtes à travailler pour essayer de trouver une solution viable à la crise de préférence d'ici vendredi.

Cela comprend la possibilité pour le couple de trouver un moyen de devenir “ financièrement indépendant '' et de ne plus dépendre des fonds des contribuables à l'avenir, ainsi que d'accéder à leur souhait de vivre en partie au Canada dans un avenir prévisible.

D'autres questions laissées sur la table pour une discussion plus approfondie sont le coût et la fourniture de la sécurité du couple, en particulier pendant qu'ils passent de longues périodes de temps hors du pays.

Il y a aussi l'affaire Frogmore Cottage, la maison du couple à Windsor qui leur a été prêtée par la reine et rénovée avec 2,4 millions de livres sterling d'argent public. Le couple a insisté sur le fait qu'il souhaitait conserver la propriété comme base au Royaume-Uni.

Il est clair que malgré l'accent mis par la Reine sur la réunion comme étant “ constructif et favorable '', le schisme entre Harry et sa famille est profond.

À l'intérieur du sommet Megxit: Harry a parlé à la reine seule pour lui donner son côté de l'histoire

Le prince William conduit son Land Rover par la porte arrière de Sandringham pour retourner à sa maison Amer après le sommet royal d'hier

À l'intérieur du sommet Megxit: Harry a parlé à la reine seule pour lui donner son côté de l'histoire

Charles conduit son Audi A6 argentée, qui se dirigerait vers RAF Marham où un hélicoptère l'attendait

À l'intérieur du sommet Megxit: Harry a parlé à la reine seule pour lui donner son côté de l'histoire

Le prince Harry a été averti qu'il y a de formidables obstacles à surmonter avant de pouvoir démissionner en tant que royal senior (Prince photographié avec Meghan Markle à la Maison du Canada à Londres mardi, la dernière fois qu'ils ont été photographiés en public)

À l'intérieur du sommet Megxit: Harry a parlé à la reine seule pour lui donner son côté de l'histoire

La reine (représentée à l'église de Sandringham dimanche), a exprimé sa profonde déception face à la décision de Harry et Meghan de démissionner dans un communiqué publié hier.

La déclaration n'a pas caché la tristesse de la vieille monarque qui n'a pas caché le mal que son petit-fils lui a causé en voulant rompre avec l'institution et en choisissant de dire au monde ses intentions mercredi dernier sans l'avoir informée au préalable.

On s'attend à ce que Harry quitte le pays pour rejoindre sa famille d'ici la fin de la semaine, après avoir mené ce qui sera probablement un engagement maladroit au palais de Buckingham jeudi devant les médias.

Le «sommet de Sandringham» d'hier a vu Harry arriver à 11 h 20, sa grand-mère et son père l'attendaient déjà.

À ses côtés se trouvait sa nouvelle secrétaire privée, Fiona Mcilwham. Son frêle grand-père, le duc d'Édimbourg, a été vu plus tôt en train de quitter le domaine et on ne sait pas si le couple, une fois si proche, s'est même rencontré.

Curieusement, son frère William, dont la relation avec son frère est devenue si toxique que de nombreux initiés la décrivent comme “ irréparable '', n'a franchi les portes du domaine de Queen's Norfolk qu'à 13 h 45, 15 minutes seulement avant le début du sommet.

Il est entendu que Meghan, qui est rentrée au Canada à peine 24 heures après la déclaration de bombe du couple la semaine dernière annonçant leur démission en tant que membres de la famille royale, prévoyait de se connecter sur haut-parleur. Elle séjourne au manoir emprunté par le couple sur l'île de Vancouver avec leur fils de huit mois, Archie.

Certains dans les cercles royaux ont suggéré hier soir qu'Harry et Meghan n'avaient laissé à la Reine que la possibilité de capituler devant la plupart de leurs demandes pour empêcher une “ guerre royale ''.

Le discours de la déclaration d'une “ période de transition '' pour le couple entre le Royaume-Uni et le Canada a été déclaré par un assistant comme étant simplement une chance pour la famille de respirer pendant que “ ce gâchis de la propre création de Harry et Meghan est réglé ''.

À l'intérieur du sommet Megxit: Harry a parlé à la reine seule pour lui donner son côté de l'histoire

À l'intérieur du sommet Megxit: Harry a parlé à la reine seule pour lui donner son côté de l'histoire

Kate avait l'air sérieuse en quittant le palais de Kensington ce matin alors que son mari se trouvait face à son frère disparu hier. La duchesse était bien plus décontractée qu'elle est partie sur le parcours de l'école cet après-midi

À l'intérieur du sommet Megxit: Harry a parlé à la reine seule pour lui donner son côté de l'histoire

Hier, un Range Rover qui transportait le prince Harry est entré à Sandringham par une entrée arrière alors que le sommet royal sur son avenir et celui de Meghan a commencé cet après-midi

À l'intérieur du sommet Megxit: Harry a parlé à la reine seule pour lui donner son côté de l'histoire

Hier, un prince Philip au visage sombre quitte Sandringham avec une femme conduisant où sa femme la reine, qui l'a utilisé comme caisse de résonance, tentera d'éviter la crise et de garder le prince Harry dans la famille royale

À l'intérieur du sommet Megxit: Harry a parlé à la reine seule pour lui donner son côté de l'histoire

Depuis qu'ils ont annoncé mercredi leur démission, Harry et Meghan ont fait la une des journaux du monde entier, les journalistes ayant campé hier à l'extérieur de Sandringham.

Piers Morgan s'enfonce dans la rangée après la déclaration du palais

À l'intérieur du sommet Megxit: Harry a parlé à la reine seule pour lui donner son côté de l'histoire

Piers Morgan dans Good Morning Britain

Piers Morgan a affirmé qu'Harry et Meghan avaient “ intimidé '' la reine pour qu'elle réussisse après les pourparlers de crise à Sandringham sur l'avenir des Sussex.

Pataugeant dans la rangée après la confirmation historique de la reine que la paire se retirerait, M. Morgan a tweeté: “ Harry / Meghan ont réussi à intimider la reine en leur permettant de prendre leur gâteau et de le manger. ''

Il a également affirmé que le couple «avait son gâteau et le mangeait avec tous les accompagnements royaux».

M. Morgan a expliqué clairement son point de vue sur les Sussex hier matin sur ITV, en disant: “ La Reine vient de licencier son fils du milieu, son mari de 98 ans est très malade et ces deux petits marmots gâtés la tiennent en rançon au pire moment.

"S'ils veulent partir après 18 mois, ça va," a-t-il dit avant de parler directement à Meghan: "J'ai toujours pensé que tu ferais ça de toute façon. Vous quittez vos amis, vous quittez votre père et vous quittez votre travail.

La reconnaissance qu'ils vont remettre leur financement public afin de devenir “ financièrement indépendant '' semble leur donner l'autorisation de conclure des accords commerciaux dans le cadre de leur marque “ Sussex Royal '', qui, selon certains experts, pourraient valoir au moins 400 millions de livres sterling.

Mais les membres de la famille royale seraient consternés par cette idée de monétiser la monarchie et veulent l'assurance de Harry et de Meghan, née aux États-Unis, qu'ils traiteront leurs positions avec respect.

La décision de la reine de se référer dans sa déclaration au couple par leurs prénoms, une référence inhabituellement intime, en particulier pour le monarque, a également suscité des spéculations selon lesquelles le couple allait perdre ses titres.

Aides dit que cela est peu probable car la famille est parfaitement consciente de la réaction du public lorsque la mère de Harry, Diana, princesse de Galles, a été dépouillée de sa propre RHS.

Lorsqu'on leur a demandé s'ils pouvaient se souvenir d'un moment où la reine a jamais publié une telle déclaration personnelle officielle à propos d'un membre de sa famille, les aides passées et présentes ont du mal à s'en souvenir.

La Reine a fait référence avec chaleur et affection à son mari, Philip, et au prince de Galles dans des discours et autres hommages, et a abordé d'autres questions telles que sa célèbre “ annus horribilis '' dans le discours de Noël.

D'autres déclarations sur les affaires familiales ont été publiées par Buckingham Palace en son nom, mais toujours par un porte-parole.

Des initiés royaux ont déclaré au Mail qu'il était clair qu'elle craignait pour l'avenir de l'institution.

Bien qu'elle et Charles soient d'accord sur l'importance d'une monarchie allégée à l'avenir, Harry et sa famille ont toujours été considérés comme une partie importante de la composition.

Les princes font exploser les “ mensonges '' de l'intimidation: dans une rare déclaration commune, les frères condamnent l'offensive que William a forcé Harry et Meghan à sortir

Par Rebecca English pour le Daily Mail

Hier, les princes William et Harry ont fait preuve d'une rare unité publique pour condamner les allégations selon lesquelles le duc de Sussex avait été «intimidé» par la famille royale par son propre frère.

Leur déclaration commune décrivait les rapports du Times comme étant «offensants et potentiellement dangereux» à la lumière de leurs travaux sur la santé mentale.

On y lisait: «Malgré des dénégations claires, une fausse histoire a circulé aujourd'hui dans un journal britannique spéculant sur la relation entre le duc de Sussex et le duc de Cambridge.

«Pour les frères qui se soucient si profondément des problèmes de santé mentale, l'utilisation d'un langage inflammatoire de cette manière est offensante et potentiellement nocive.

William et Harry, ainsi que la duchesse de Cambridge, ont collaboré à la campagne Heads Together pour éradiquer la stigmatisation des problèmes de santé mentale. Les trois membres de la famille royale ont mené une campagne intensive contre l'intimidation.

À l'intérieur du sommet Megxit: Harry a parlé à la reine seule pour lui donner son côté de l'histoire

Hier, les princes William et Harry ont fait preuve d'une rare unité publique pour condamner les allégations selon lesquelles le duc de Sussex avait été «intimidé» par la famille royale par son propre frère. Sur la photo: les frères en 2018

Il serait inhabituel, même dans des circonstances normales, que les frères publient une déclaration commune sur une seule histoire dans les médias. L'une des dernières fois où ils l'ont fait, c'est quand un magazine italien a publié des images angoissantes de leur mère mourante en 2006.

Depuis la rupture qui a conduit à la division de leur foyer commun l'année dernière, beaucoup ont supposé que cela ne se reproduirait plus jamais.

Mais les frères ont été piqués à l'action par un article du Times d'hier, qui rapportait qu'un initié a suggéré que Harry et Meghan “ se considéraient comme ayant été repoussés par ce qu'ils considéraient comme une attitude d'intimidation de la part du duc de Cambridge ''.

Il a ajouté que les Sussex voulaient quitter leur rôle royal après avoir été constamment informés de leur place pendant deux ans.

Le journal a déclaré que la source, qui “ connaît bien le couple '', remonte à la rupture d'avant leur mariage en 2018, car Harry a estimé que son frère n'était “ pas suffisamment accueillant '' envers Meghan lorsqu'ils ont commencé à sortir ensemble. La source aurait également déclaré à propos de William et de sa femme Kate: “ Dès le départ, leur réponse n'a pas été très intelligente, ni très amicale.

À l'intérieur du sommet Megxit: Harry a parlé à la reine seule pour lui donner son côté de l'histoire

William et Harry, ainsi que la duchesse de Cambridge, ont collaboré à la campagne Heads Together pour éradiquer la stigmatisation des problèmes de santé mentale. Sur la photo: Harry, Meghan, William et la duchesse de Cambridge en mars de l'année dernière

À l'intérieur du sommet Megxit: Harry a parlé à la reine seule pour lui donner son côté de l'histoire

Les aides royaux ont clairement indiqué hier que les frères étaient profondément mécontents de ces allégations. Sur la photo: les frères en 2010

«Très tôt, ils ont décidé:« à droite, nous allons dire à ces gens leur place et nous allons les repousser ».

Les aides royaux ont clairement indiqué hier que les frères étaient profondément mécontents de ces allégations. Cependant, ils n'ont pas commenté ou rejeté d'autres allégations, notamment que Meghan était déterminé à s'éloigner de la famille royale, mais “ le cœur brisé '', Harry se sentait déchiré par sa décision de quitter le Royaume-Uni.

Une source dans le camp de Sussex a décrit la suggestion selon laquelle William avait intimidé son frère comme «profondément décevant». Les suggestions d'une rupture entre les deux ne sont pas nouvelles.

L'année dernière, le prince Harry a déclaré au diffuseur Tom Bradby que bien qu'il aimait beaucoup son frère, "nous sommes sur des chemins différents". Dans un article intitulé “ L'évasion de Harry et Meghan du palais empoisonné '', M. Bradby a écrit le week-end que les membres de la famille royale avaient été “ jaloux et hostiles '' et il ne faisait aucun doute que Harry et Meghan se sentaient “ chassés ''.

Le présentateur d'ITV, qui est proche de Harry, a également évoqué la possibilité pour le couple de faire une interview “ sans retenue '' s'ils échouaient dans les négociations, écrivant dans le Sunday Times que “ je ne pense pas serait joli '.

Un assistant de Sussex a déclaré hier qu'il n'y avait "aucun plan" pour une interview. Des sources ont noté que Meghan utilisait la firme de relations publiques américaine agressive Sunshine Sachs, laissant de nombreuses personnalités du palais «hors de la boucle».

Pendant un moment, ce n'était que les deux: le prince Harry est arrivé deux heures plus tôt, et le monarque et le petit-fils parlaient tranquillement de l'avenir. Lisez l'histoire captivante de RICHARD KAY sur le sommet du Megxit …

Par Richard Kay pour le Daily Mail

… Comme partout, l'agitation normale de la maison de Norfolk était calme tandis que le personnel s'activait loin de l'endroit où devait se dérouler cet extraordinaire drame de la famille royale: les appartements privés de la Reine au premier étage, la salle à manger et, à proximité, la Long Library.

Le prince Harry avait franchi les portes sur le siège arrière d'un Range Rover aux vitres arrière sombres.

Il est arrivé à temps pour le déjeuner. Plus important encore, son arrivée lui a donné le temps de chercher sa grand-mère avant le sommet avec son père et son frère.

Le prince Charles était déjà là. Il était arrivé d'Oman en jet privé dimanche soir après avoir rendu hommage à la mort du chef de l'État arabe, le sultan Qaboos. Une voiture l'avait conduit à 15 milles de RAF Marham.

William était le dernier à arriver, ramassé de chez lui à Anmer à proximité dans un Land Rover Defender noir et entrant dans le domaine par un cul-de-sac à côté de l'école primaire de West Newton. Il était 13h45. La réunion était fixée à 14 heures.

À l'intérieur du sommet Megxit: Harry a parlé à la reine seule pour lui donner son côté de l'histoire

Scène de l'épreuve de force: les membres de la famille se sont réunis au domaine Queen's Sandringham à Norfolk pour un sommet royal historique

Plus tôt, une autre partie de ce tableau saisissant avait eu lieu: le prince Philip – la figure patriarcale qui avait longtemps dominé toutes les discussions familiales – avait tranquillement quitté la maison, chassé dans son Land Rover Freelander par la comtesse Mountbatten, l'ancienne Lady Penny Romsey qui aide à prendre soin de lui.

À quel point ce départ était stratégique, n'était pas immédiatement clair. Mais le fait qu'il soit parti plus d'une heure et demie avant l'arrivée du duc de Sussex était considéré comme significatif. À 98 ans, il n'établit plus la loi comme il l'a fait et certains courtisans se demandent si c'était sa façon de dire «ce n'est pas mon combat».

Il se peut également qu'en s'absentant, il ne puisse pas être entraîné dans une situation où le mantra qui régissait son attitude envers la vie royale – «vous êtes soit dans la famille, soit dehors» – était testé par le souhait de Harry et Meghan de faire partie -la famille royale.

Il y a vingt-sept ans, c'était le mesuré et cool Philip qui avait géré la catastrophe du mariage de Charles et Diana en agissant en tant que courtier honnête entre le couple en guerre.

Combien la reine a dû souhaiter le calme de son mari indéfectible comme cette situation des plus difficiles non déroulée.

Selon des sources bien informées, l'ambiance de la réunion était calme et il n'y a aucun rapport d'échanges de cris ou de cloques.

Les discussions ont été menées par le prince de Galles, qui a peut-être plus investi dans le résultat que quiconque. Ce sera son argent qui financera une future vie indépendante pour Harry et Meghan et c'est leur coopération dont il a besoin s'il veut voir à travers son rêve d'une monarchie allégée apte au 21e siècle.

Trouver un logement était le mot d'ordre. William, qui a si souvent été en désaccord avec son père ces derniers temps, aurait soutenu cette approche. Mais c'est la Reine à qui il incombe de résoudre cette crise familiale la plus déchirante. Et la déclaration qui est venue en son nom était empreinte de désespoir.

Ce n'est pas depuis 1997, au lendemain de la mort de Diana, que la reine a publié un tel bulletin personnel.

Ensuite, elle s'est adressée à une nation sous le choc et en incluant la phrase magique qu'elle parlait “ en tant que grand-mère '' a désamorcé le ressentiment qui s'était accumulé à propos de l'échec de la famille royale à reconnaître rapidement la perte de la princesse.

Maintenant, elle était ici 22 ans plus tard aux prises avec le conflit autour du fils de Diana et sa demande de se retirer en tant que senior royal et de déménager à l'étranger avec sa femme et son jeune fils Archie.

Peut-il jamais y avoir eu un communiqué plus émouvant?

Son message était clair qu'elle ne s'opposerait pas au couple mais c'est avec le cœur lourd qu'elle a accepté. En une seule phrase, sa tristesse à propos de cette situation incendiaire a brillé.

«Bien que nous aurions préféré qu'ils restent des membres actifs à temps plein de la famille royale, nous respectons et comprenons leur souhait de vivre une vie plus indépendante en famille tout en restant une partie appréciée de ma famille.»

À l'intérieur du sommet Megxit: Harry a parlé à la reine seule pour lui donner son côté de l'histoire

It was the Queen to whom it has fallen to resolve this most heart-breaking family crisis. And the statement that came in her name was laced with despair

Unsaid was the anguish felt around the conference table at Sandringham yesterday afternoon that little more than 18 months after a wedding that delighted the watching world, no one knows what will happen to Harry and Meghan in their semi-detached status from the House of Windsor.

What does seem certain is that the tricky issue of their titles, while not referred to, has been papered over. The language the Queen uses is of conciliation and it is carefully chosen.

In the first instance, she refers to 'my grandson'. The next reference is to 'Harry and Meghan'. Only once does she mention the pair by their official name when she talks about the 'Sussexes' spending time in Canada and the UK. This last must be an oblique nod to their titles as duke and duchess and the HRH style they also enjoy.

From this it seems there will be none of the punishment meted out to both Diana and the Duchess of York, who both lost their royal highness titles on divorce.

Repeating the mistakes of the past was not on the agenda.

Above all, the palace view was that nothing should be put in writing which would inflame an already tense position.

It was for that reason that it is thought there was no open telephone line to Meghan in Canada. According to palace officials, such an idea was rejected because no one knew for sure who else might have been listening in. 'This was a highly confidential family discussion, not a conference call,' says one insider.

Harry is thought to have reached Sandringham early specifically to allow him some time alone with his grandmother.

Unlike William, who had been at the Royal Family Christmas, Harry had been 5,000 miles away on Vancouver Island off the west coast of Canada. According to friends, he wanted to put his side of the story to the Queen.

He was also able to see his father, who has been perplexed by his decisions that could yet have a profound effect on the future direction of the family.

For Charles, the matter is far from concluded. He knows Harry will rely on his Duchy of Cornwall to meet family bills. He has already lavished a small fortune on his younger son, from his wedding to the fitting out of Frogmore cottage – the Windsor house he is now largely going to vacate.

À l'intérieur du sommet Megxit: Harry a parlé à la reine seule pour lui donner son côté de l'histoire

After 90 brisk minutes, the Long Library (pictured) meeting broke up and the four royals went in different directions

Says a friend: 'He doesn't have unlimited resources. Harry needs to know that.'

This is why more talks are planned, though these are likely to involve officials rather than the family group.

It is hoped that the couple's future funding will act as a brake on their money-making plans. 'There will be strict instructions on branding, for example,' says one figure.

'No one wants to see the Sussex name on a tub of margarine.' This was a deliberate nod to what happened in the aftermath of Diana's death when her memorial fund began endorsing cash-raising schemes that appalled the public.

And just as it was then, it is public attitudes which are likely to shape Harry and Meghan's financial future. Courtiers intend to make it clear that the country will not wear the couple exploiting their royal status for money.

After 90 brisk minutes, the Long Library meeting broke up and the four royals went in different directions.

The Queen returned to her upstairs suite. At 3.45pm, Prince Charles left behind the wheel of a silver Audi heading for Marham where a helicopter was waiting to fly him back to Birkhall, his home on the Balmoral estate.

Harry left moments later.

The skies were darkening as William, the last to leave, set off for Anmer Hall just after 4pm.

The question now is what happens next.

Queen is 'bending over backwards to try and help Meghan and Harry': Royal experts give their verdicts on the historic Sandringham Summit

By Danyal Hussain for MailOnline

The Queen is 'bending over backwards' to try and help Prince Harry and Meghan Markle after the pair announced they would be stepping back from Royal duties in a bid to become 'financially independent'.

Royal experts have claimed that a dramatic statement from the Queen had been penned in order to look after her vulnerable grandchild.

In her statement, Her Majesty made clear her disappointment at the couple's decision to quit their Royal duties but said the royal family 'understand and respect' their wishes.

The Queen's words came after a summit at Sandringham between herself, Prince Charles, Prince William and Harry, with Meghan believed to have dialled in from Canada.

After the meeting at Sandringham this afternoon, one expert claimed the victory had gone to the young Royals.

À l'intérieur du sommet Megxit: Harry a parlé à la reine seule pour lui donner son côté de l'histoire

À l'intérieur du sommet Megxit: Harry a parlé à la reine seule pour lui donner son côté de l'histoire

Ingrid Seward (left) said that the Susessexes had won the first battle. Penny Junor (right) described the monarch's words on the future of Harry and Meghan as 'friendly and warm'

Speaking to the Times, royal author Ingrid Seward said: 'The first round has gone to the Sussexes. It feels that the royal family are bending over backwards to try and help.'

This is while royal expert Penny Junor said the Queen was 'carefully handling a vulnerable Duke and Duchess of Sussex' and that the pair had 'got what they wanted.

'They have decided that Harry and Meghan must go off and do what they want to do, and they will support them'.

She also described the monarch's words on the future of Harry and Meghan as 'friendly and warm'.

The couple, who do not want to be publicly funded, will have a period of transition in which the Sussexes will spend time in Canada and the UK, but final decisions will also be reached in the coming days.

'I think it's a positive statement. It sounds friendly and warm, the way the Queen talks about family so much,' Junor said.

'That she's supportive of their decision is really good news.'

She added: 'It read to me like a grandmother talking about the family.'

The royal writer said it gave the couple space to find their perspective.

À l'intérieur du sommet Megxit: Harry a parlé à la reine seule pour lui donner son côté de l'histoire

À l'intérieur du sommet Megxit: Harry a parlé à la reine seule pour lui donner son côté de l'histoire

Robert Lacey (left) said the language was personal, while Victoria Arbiter, right with her husband Dickie, said the move was 'likely to be telling'

'I think it will take the pressure off them. I think they're in a very vulnerable state at the moment. I think they're unhappy, they feel isolated and unloved, unappreciated and they needed careful handling,' she said.

'My reading from that statement is that the family has been sensitive to their vulnerability.'

Seward, editor-in-chief of Majesty magazine, believes the Queen's statement, which uses the word 'family' eight times, was intended to be 'very gentle and very informal'.

'It's just the way it's written is extremely informal, and I think that's to make it very friendly,' the royal biographer said.

'And I think it's quite gentle. And I think that's probably the whole approach, it's gently, gently. And interestingly enough, she keeps mentioning family, the whole way through.

'It's certainly not Oscar Wilde. But I just think it's a very together and quite loose statement and obviously it's just to keep everybody happy moving forward.'

Asked about the next steps following the statement, Ms Seward said: 'She said in the coming days, so that's very quick for the royal family.

'I think we'll be hearing more quite shortly – I think this is a bridge.'

Meanwhile, biographer and royal historian Robert Lacey said the language was an immensely personal intervention uncharacteristic of typical Palace communiqués.

He told BBC Radio 4: 'It is remarkably hands-on. I mean it may have been processed through officials but this is the Queen, speaking to her people and speaking about her family, and I think coming right through it is the concern she feels.'

Royal commentator Victoria Arbiter added that the move was likely to be telling, tweeting : 'I do think it was very striking, particularly in a statement from the Queen. Are they having to give up their titles? This would be an indication they are…'

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *