À la Coupe du monde du Qatar, Blinken équilibre fermeté et flatterie

Commentaire

DOHA, Qatar – Le secrétaire d’État Antony Blinken a rejeté mardi les critiques selon lesquelles sa participation à la Coupe du monde au Qatar aurait contribué à l’indifférence à l’égard des droits de l’homme, alors que certains militants ont dénoncé le traitement réservé par l’État du golfe Persique aux travailleurs migrants et aux personnes LGBTQ.

Blinken, un fan de football avoué, a déclaré que sa visite signifiait le contraire. Il en est résulté, a-t-il dit, un approfondissement La coopération des États-Unis avec le Qatar sur les droits de l’homme, les normes du travail et les efforts de lutte contre la traite des êtres humains, tout en offrant l’occasion d’enraciner l’équipe nationale américaine, dont le match d’ouverture contre le Pays de Galles s’est terminé par un match nul 1-1.

“Je n’hésite pas à avoir le plaisir de venir encourager l’équipe américaine”, a déclaré Blinken lors d’une conférence de presse, lorsque des journalistes lui ont demandé comment il avait justifié le voyage. Des membres du Congrès, dont les représentants Ilhan Omar (D-Minn.) Et Darrell Issa (R-Calif.), Étaient également présents.

La visite de Blinken représente le difficile exercice d’équilibre de l’administration Biden en ce qui concerne le Qatar, qui émerge rapidement comme l’un des partenaires les plus précieux de Washington au Moyen-Orient malgré ses politiques envers les travailleurs migrants et les personnes LGBTQ. Le secrétaire a fait des déclarations pointues sur les deux questions.

Pour le Qatar, la Coupe du monde est un test à gros enjeux et une démonstration de poids

La l’État riche en gaz du golfe Persique s’est transformé pour devenir le premier pays du Moyen-Orient à accueillir la Coupe du monde, dépensant 220 milliards de dollars pour construire sept stades, en rénover un huitième et ériger un réseau de routes et de voies ferrées pour relier les supporters aux matchs .

Pour achever la transformation, il a employé des centaines de milliers de travailleurs de pays pauvres comme le Pakistan et l’Inde, mais a été critiqué pour des conditions de travail dangereuses qui ont entraîné un nombre indéterminé de décès de migrants.

En réponse, le Qatar a mis en œuvre des réformes du travail que certains analystes indépendants ont saluées et que Blinken a soulignées mardi. “Nous apprécions le travail accompli par le Qatar pour améliorer les pratiques de travail”, a-t-il déclaré, notant les efforts déployés pour enquêter, poursuivre et condamner les trafiquants d’êtres humains. « Notre espoir et nos attentes [is] que certains des progrès qui ont été réalisés se poursuivent et s’amplifient après la fin de la Coupe du monde.

Au cours du développement fou du Qatar, il a également fourni une assistance cruciale aux États-Unis pendant les chapitres les plus difficiles du mandat du président Biden.

Son immense base aérienne d’Al-Udeid, qui accueille plusieurs milliers de soldats américains, a été un nœud central dans le retrait chaotique d’Afghanistan en 2021, évacuant plus d’Américains et de civils afghans que toute autre base au monde. L’ambassadeur du Qatar en Afghanistan a personnellement pris place dans des bus transportant des Américains en fuite, négociant leur passage à travers les points de contrôle talibans.

“Les États-Unis doivent beaucoup au Qatar et cela l’emporte sur les critiques généralisées concernant les mauvais traitements infligés aux travailleurs étrangers en ce moment”, a déclaré David Ottaway, expert du golfe au Wilson Center.

Les “conséquences” de Biden pour l’Arabie saoudite récoltent des résultats discrets

Après l’invasion de l’Ukraine par la Russie, elle a soutenu les efforts des États-Unis pour isoler diplomatiquement la Russie et a aidé à stabiliser le marché du gaz naturel liquéfié en Europe.

Contrairement à l’Arabie saoudite, aux Émirats arabes unis ou à Israël, « le Qatar a adopté une position politique claire sur l’Ukraine et, même si cela ne s’est pas traduit par un travail actif pour affaiblir la Russie sur le marché du gaz, cela s’est traduit par l’octroi de plates-formes de premier plan aux Ukrainiens. Le président Volodymyr Zelensky, par exemple », a déclaré Cinzia Bianco, membre du Conseil européen des relations étrangères.

“La présence de Blinken au Qatar est une reconnaissance de ces efforts et sa présence de haut niveau est très importante car cette Coupe du monde a été entachée de controverses”, a-t-elle déclaré.

Le soutien indéfectible du Qatar aux intérêts américains à l’époque de Biden contraste fortement avec les relations avec d’autres alliés du Moyen-Orient.

L’Arabie saoudite, pour sa part, a provoqué la colère des responsables américains en octobre en annonçant sa décision de réduire sa production de pétrole quelques semaines avant les élections de mi-mandat. Israël a ouvertement défié le désir de Biden de rouvrir un consulat à Jérusalem pour les Palestiniens, et les relations devraient encore se détériorer avec le retour du brandon de droite Benjamin Netanyahu au poste de Premier ministre. Les Émirats arabes unis, quant à eux, se sont immiscés dans la politique américaine ces dernières années, suscitant des craintes parmi la communauté du renseignement américain quant à son influence à Washington.

“Le Qatar se distingue comme le partenaire arabe le plus fiable des États-Unis aujourd’hui et est resté relativement à l’abri des critiques du Congrès, même s’il a refusé d’établir des relations diplomatiques avec Israël comme l’ont fait les Émirats arabes unis et Bahreïn”, a déclaré Ottaway.

Un rapport du renseignement américain indique qu’un allié clé du Golfe s’est mêlé de la politique américaine

Mais la visite de Blinken n’a pas été que des compliments.

Le diplomate a vivement critiqué la décision de la FIFA, l’instance dirigeante du football, de punir les joueurs de la Coupe du monde avec des cartons jaunes s’ils portent des brassards “OneLove” en faveur de la diversité et de l’inclusion.

« C’est toujours inquiétant de mon point de vue quand nous voyons des restrictions à la liberté d’expression ; c’est particulièrement le cas lorsque l’expression est synonyme de diversité et d’inclusion », a déclaré Blinken lors d’une conférence de presse aux côtés du ministre qatari des Affaires étrangères Mohammed bin Abdulrahman al-Thani. “Personne sur un terrain de football ne devrait être obligé de choisir entre soutenir ces valeurs et jouer pour son équipe.”

De nombreux fans qui ont afflué dans la capitale qatarie pour regarder les matchs ont déclaré que les problèmes économiques et sociaux devraient passer au second plan par rapport aux sports présentés.

Chris Wixson, qui avec sa femme et son fils ont pris l’avion du Colorado au Qatar pour la Coupe du monde, a déclaré qu’il était heureux que le secrétaire soit venu soutenir l’équipe américaine malgré la controverse.

« C’est le genre de chose que tu espères voir, n’est-ce pas ? Une équipe comme celle-ci devrait rassembler tout le monde, mais tout est tellement source de division », a-t-il déclaré.

Tout le monde n’a pas ressenti la même chose.

Michael Page, un expert du Moyen-Orient à Human Rights Watch, a déclaré qu’il aurait souhaité que Blinken utilise ses remarques publiques pour défendre avec plus de force les travailleurs migrants. “Il est décevant que le secrétaire d’État Blinken ait choisi d’ignorer les demandes généralisées des travailleurs migrants et de leurs familles ainsi que des joueurs de football et des supporters d’appeler publiquement la FIFA et les autorités qataries à créer un fonds d’indemnisation pour les travailleurs victimes de graves abus.”

Coupe du monde au Qatar

Mises à jour en direct : La Coupe du monde se poursuit au Qatar mardi avec quatre matchs qui incluent l’un des plus grands joueurs de l’histoire et le champion en titre qui entame la défense de son titre. Suivez notre couverture en direct, nos analyses et nos faits saillants.

USMNT : À leur retour en Coupe du monde, les jeunes Américains se sont contentés d’un match nul 1-1 contre le Pays de Galles lors de leur match d’ouverture du Groupe B. L’équipe nationale masculine des États-Unis devra faire face à une tâche plus difficile vendredi contre l’Angleterre, favorite du groupe B, qui a démoli l’Iran, 6-2, plus tôt lundi.

Polémique qatarie : Les fans de football portant l’arc-en-ciel, symbole de l’inclusivité LGBTQ, ont déclaré qu’ils s’étaient vu refuser l’entrée dans les stades de la Coupe du monde et étaient confrontés à des membres du public pour retirer l’emblème, malgré les assurances de la FIFA, l’instance dirigeante du football, que les visiteurs seraient autorisés à librement exprimer leur identité lors du tournoi au Qatar. Des responsables qatariens ont arbitrairement arrêté et maltraité des personnes LGBT, dans certains cas pas plus tard que le mois dernier, selon Human Rights Watch.

Accompagnement des groupes : L’équipe nationale masculine de football des États-Unis, dirigée par l’entraîneur Gregg Berhalter et l’attaquant vedette Christian Pulisic, s’est qualifiée pour la Coupe du monde 2022, une amélioration par rapport à sa campagne désastreuse et infructueuse de 2018. Voici un aperçu de la façon dont toutes les équipes de chaque groupe se classent.