Skip to content

STOCKHOLM (Reuters) – Le rappeur américain A $ AP Rocky découvre son destin mercredi lors d'un procès sur une bagarre dans les rues de Suède qui a amené le président américain Donald Trump à défendre sa cause.

A $ AP Rocky attend le verdict sur la bagarre en Suède

FILE PHOTO: Le rappeur américain ASAP Rocky participe à la collection printemps-été 2013 d’Alexander Wang lors de la Fashion Week de New York, le 8 septembre 2012. REUTERS / Andrew Burton / File Photo

Le musicien, de son vrai nom Rakim Mayers, et deux membres de son entourage ont été arrêtés et accusés de voies de fait après une altercation à Stockholm le 30 juin.

Le rappeur a déclaré avoir agi en légitime défense. Les trois hommes ont été remis en liberté plus tôt ce mois-ci, évoquant un possible acquittement ou une peine plus légère dans le verdict final du tribunal, qui doit être rendu aux alentours de 12h00 GMT.

Mayers, 30 ans, a quitté la Suède après sa libération et ne doit pas nécessairement être présent pour rendre sa décision.

"J'espère que nous n'aurons pas besoin de retourner en prison ou quoi que ce soit comme ça, ce serait fou", a-t-il déclaré dimanche devant le Real Street Festival, en Californie, pour sa première apparition publique depuis sa libération.

"C’était un événement malheureux et j’essaie simplement de rester béni."

Le procureur demande des peines de prison de six mois pour Mayers et les deux co-accusés pour avoir battu un homme de 19 ans appelé Mustafa Jafari.

L'affaire a attiré l'attention du monde entier, en particulier depuis que Trump a déclaré que Mayers était traité injustement et avait demandé au Premier ministre suédois Stefan Lofven de l'aider à le libérer.

Lofven a refusé, affirmant que le pouvoir judiciaire suédois était indépendant.

Diverses personnalités avaient également appelé à sa libération et certains collègues rappeurs avaient proposé un boycott de la Suède.

L’accusation a déclaré qu’après une dispute, Mayers avait jeté Jafari par terre, après quoi lui et les deux autres avaient donné des coups de pied à l’adolescent.

Dans son témoignage, Jafari a déclaré qu'il avait également reçu une bouteille à la tête après avoir suivi le groupe Mayers.

Mayers a reconnu devant le tribunal avoir jeté Jafari à terre, lui avoir donné des coups de poing et des coups de pied, mais a ajouté que l'adolescent avait attaqué son garde du corps. Il a déclaré avoir tenté d'éviter la bagarre et nié avoir frappé Jafari avec une bouteille.

Mayers, surtout connu pour sa chanson «Praise the Lord», était à Stockholm pour un concert de hip hop.

Reportage de Johan Ahlander; Édité par Andrew Cawthorne

Nos standards:Les principes de Thomson Reuters Trust.

Source

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *