Dernières Nouvelles | News 24

450 000 Palestiniens fuient Rafah alors que les chars israéliens arrivent — RT World News

« Nulle part n’est sûr » à Gaza, prévient l’agence des Nations Unies pour les réfugiés palestiniens

Quelque 450 000 Palestiniens ont fui Rafah depuis qu’Israël a ordonné samedi l’évacuation d’une plus grande partie de la ville, a déclaré mardi l’agence des Nations Unies pour les réfugiés palestiniens. Les rapports en provenance de la ville suggèrent que les forces israéliennes se rapprochent de son noyau urbain densément peuplé.

Les Forces de défense israéliennes (FDI) ont ordonné aux habitants des quartiers sud-est de Rafah de partir « immédiatement » samedi, le porte-parole de Tsahal Avichai Adraee avertissant que les forces israéliennes se préparaient à frapper des cibles du Hamas là-bas « avec une grande force. » L’armée israélienne a désormais évacué tout le tiers est de la ville suite à un ordre similaire donné au début du mois.

Dans un communiqué publié mardi, l’Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA) a déclaré que 450 000 personnes avaient obéi aux ordres. « Les gens sont constamment confrontés à l’épuisement, à la faim et à la peur. Nulle part n’est sûr. » » lit-on dans la déclaration. « Un cessez-le-feu immédiat est le seul espoir. »

Avant l’évacuation, Rafah hébergeait environ 1,4 million de Palestiniens fuyant les opérations israéliennes dans le nord et le centre de Gaza. Malgré la condamnation des États-Unis, de l’ONU et d’autres pays et organisations internationales, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a ordonné des frappes aériennes sur Rafah au début du mois de mai, suivies d’une offensive terrestre limitée près du poste de contrôle frontalier sud de la ville avec l’Égypte.





Des chars de Tsahal sont entrés mardi dans les quartiers du Brésil et d’al-Jnaina, à l’est de Rafah, ont déclaré à Reuters des sources palestiniennes, une source décrivant « des affrontements » dans les zones bâties. L’armée israélienne a déclaré que ses troupes avaient « a éliminé plusieurs cellules terroristes armées lors d’affrontements rapprochés du côté gazaouin du terminal de Rafah » et « a éliminé un certain nombre de terroristes et localisé des armes » dans les quartiers est de la ville.

Le Hamas a déclaré mardi que ses combattants avaient tué et blessé plusieurs soldats israéliens avec des missiles et des mines au Brésil et à Al-Jnaina.

Il n’est pas clair si Netanyahu a l’intention de poursuivre une invasion à grande échelle de Rafah. Le Département d’État américain a exprimé des doutes sur la capacité de Tsahal à éradiquer complètement le Hamas à Gaza, et le président américain Joe Biden a averti qu’il mettrait un terme à toute aide militaire à Israël si Netanyahu menait une telle opération.

Quelque 35 901 Palestiniens ont été tués au cours des sept mois qui ont suivi le début des frappes israéliennes sur Gaza, selon le ministère de la Santé du territoire. Parmi eux, 24 686 ont été identifiés, dont 60 % étaient des femmes, des enfants et des personnes âgées, selon l’ONU.

Les combattants du Hamas ont tué environ 1 200 Israéliens lors de leur attaque du 7 octobre contre l’État juif. Pendant ce temps, 272 soldats israéliens ont été tués dans les combats à Gaza, tandis que 1 674 autres ont été blessés, selon les responsables israéliens et les médias.

Vous pouvez partager cette histoire sur les réseaux sociaux :

Lien source