11 bébés tués dans l’incendie d’un hôpital au Sénégal

La mère de Diali Kaba l’a réveillée jeudi matin avec une nouvelle terrifiante : il y avait eu un incendie à l’hôpital de leur ville au Sénégal où la fille de Kaba, âgée de deux semaines, était soignée, et 11 bébés étaient morts.

Les deux femmes se sont précipitées à l’hôpital ensemble et Kaba a été autorisée à découvrir si son enfant faisait partie des victimes, tandis que sa mère Ndeye Absa Gueye attendait anxieusement à l’extérieur.

Gueye a déclaré qu’elle avait entendu parler de l’incendie de l’hôpital Mame Abdou Aziz Sy Dabakh mercredi soir mais qu’elle n’avait pas immédiatement réalisé qu’il s’était produit à l’intérieur du service de néonatologie. La nouvelle lui est parvenue tôt jeudi, semant la terreur dans son cœur.

“J’ai ma petite-fille ici, elle est ici depuis deux semaines. Je suis venue voir si elle est l’une d’entre elles”, a-t-elle déclaré.

Quelques minutes plus tard, Kaba est ressorti en larmes. Son bébé était parmi les morts. Les deux femmes se sont embrassées, toutes deux en pleurant, jusqu’à ce que Kaba soit aidée à monter dans une voiture et ramenée à la maison pour pleurer.

Tivaouane, située à environ 120 kilomètres à l’est de Dakar, la capitale du Sénégal, est une plaque tournante du transport routier très fréquentée et une ville sainte qui attire régulièrement un grand nombre de pèlerins musulmans de tout le pays d’Afrique de l’Ouest.

Douleur partagée

La ville se réveillait lentement à la nouvelle choquante de la mort de 11 bébés, qui a été confirmée tard mercredi soir par le président Macky Sall.

“Nous partageons tous cette douleur”, a déclaré le résident local Ousmane Kane. “Elles (les mères) ont souffert avec l’espoir que leurs bébés vivraient. Mais nous devons accepter la volonté d’Allah. Il leur a donné des bébés et les a repris. Tout le Sénégal est en deuil.”

Le ministre de la Santé, Abdoulaye Diouf Sarr, a déclaré à la chaîne de télévision privée sénégalaise TFM que des enquêtes préliminaires suggéraient qu’un court-circuit était à l’origine de l’incendie. Les autorités n’ont fourni aucun autre détail sur le déroulement de la catastrophe.

Des visiteurs se tiennent devant l’hôpital Mame Abdoul Aziz Sy Dabakh après l’incendie mortel. (Seyllou/AFP/Getty Images)

Les experts en santé publique ont averti à plusieurs reprises que de nombreux hôpitaux africains sous-financés et en sous-effectif avaient été poussés au-delà de leurs capacités par la pandémie de COVID, les laissant incapables de maintenir des normes de sécurité acceptables.

La tragédie de Tivaouane survient après plusieurs autres incidents dans des hôpitaux sénégalais qui ont provoqué la colère de la nation.

En avril, une femme est décédée en travail avec son bébé à naître après que le personnel de l’hôpital ait refusé de pratiquer une césarienne.

L’année dernière, quatre nouveau-nés ont été tués par un incendie dans un hôpital de la ville de Linguère, dans le nord du pays, provoquant un tollé national.