100 militaires engagés dans une « activité extrémiste interdite » – Pentagone

Des partisans de Trump prennent d’assaut le Capitole des États-Unis à la suite d’un rassemblement avec le président Donald Trump le 6 janvier 2021 à Washington, DC.

PHOTO : Samuel Corum/Getty Images

  • Le Pentagone a publié lundi de nouvelles directives pour les militaires.
  • Les lignes directrices viennent après avoir examiné les politiques du ministère de la Défense sur la lutte contre l’extrémisme.
  • Des dizaines d’anciens militaires américains ont participé aux émeutes du Capitole du 6 janvier.

Une centaine de militaires américains ont pris part à une forme d' »activité extrémiste interdite » au cours de l’année écoulée, a annoncé lundi le Pentagone en publiant de nouvelles directives pour les militaires.

Le chef du Pentagone, Lloyd Austin, a ordonné en février 2021 une révision des politiques du département de la Défense sur la lutte contre l’extrémisme dans les rangs.

L’examen est intervenu après la révélation que des dizaines d’anciens militaires américains ont participé à l’attaque du 6 janvier contre le Capitole des États-Unis par des partisans de l’ancien président Donald Trump.

« L’écrasante majorité des hommes et des femmes du ministère de la Défense servent ce pays avec honneur et intégrité », a déclaré Austin dans un communiqué accompagnant la publication du rapport du groupe de travail sur la lutte contre les activités extrémistes.

« Ils respectent le serment qu’ils ont prêté pour soutenir et défendre la Constitution des États-Unis », a déclaré Austin. « Nous pensons que seuls quelques-uns violent ce serment en participant à des activités extrémistes. »

Le porte-parole du Pentagone, John Kirby, a déclaré que l’examen avait révélé qu' »environ 100″ membres en service actif ou de réserve de l’armée américaine avaient participé à des activités extrémistes interdites au cours de l’année écoulée.

Il a refusé de préciser dans quel type d’activité ils s’étaient livrés, mais a cité l’appel au renversement du gouvernement ou au « terrorisme domestique » comme exemples d’activités interdites.

Le groupe de travail ne répertorie pas les groupes extrémistes spécifiques dans ses nouvelles directives.

Ses recommandations comprenaient une formation et une éducation accrues pour les militaires sur ce qui constitue une activité extrémiste interdite.

« Cela inclut très spécifiquement les directives pour les médias sociaux, ce qui est autorisé et ce qui ne l’est pas, concernant les activités extrémistes interdites », a déclaré Kirby.


Ne manquez jamais une histoire. Choisissez parmi notre gamme de newsletters pour recevoir les nouvelles que vous souhaitez directement dans votre boîte de réception.

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.