10 ans après Breivik : la Norvège fait toujours face aux séquelles de son massacre le plus meurtrier depuis la Seconde Guerre mondiale (PHOTOS)

Menés par l’extrémiste de droite Anders Behring Breivik, les attentats du 22 juillet 2011 ont tué 77 personnes, pour la plupart des adolescents, ce qui en fait le pire événement de masse en Norvège depuis la Seconde Guerre mondiale.

En ce jour fatidique de juillet, Breivik a fait exploser une bombe à engrais devant un bureau du gouvernement à Oslo, tuant huit personnes. Peu de temps après, le fanatique d’extrême droite, déguisé en policier, s’est lancé dans une fusillade d’une heure sur l’île d’Utoya, située dans un lac au nord-ouest de la capitale. Il a abattu 69 personnes, pour la plupart des adolescents qui participaient à un camp d’été organisé par la ligue des jeunes du parti travailliste de Norvège. Breivik s’est rendu après l’arrivée d’une unité tactique de la police sur les lieux.

Le terroriste d’extrême droite a déclaré qu’il était motivé par le désir d’empêcher une prétendue prise de contrôle musulmane de l’Europe. Il a spécifiquement ciblé le camp de jeunes du Parti travailliste parce qu’il croyait que le parti politique avait trahi la Norvège en adoptant le multiculturalisme.

Un an plus tard, Breivik a été condamné à 21 ans de prison pour les attentats, qui étaient considérés comme des actes de terrorisme en vertu de la loi norvégienne, et sa détention peut être prolongée indéfiniment s’il est considéré comme une menace continue pour la société.

RT

L’attaque a jeté une longue ombre sur la Norvège et d’autres pays du monde : au cours des dix dernières années, Breivik a été accusé d’avoir inspiré des extrémistes d’extrême droite à mener des attaques contrefaites.

En Nouvelle-Zélande, en mars 2019, Brenton Tarrant a abattu 51 personnes dans deux mosquées. Il a dit dans un manifeste qu’il admirait Breivik.

Moins de six mois plus tard, Philip Manshaus a tué sa demi-soeur d’origine asiatique avant d’ouvrir le feu à l’intérieur d’une mosquée à l’extérieur d’Oslo.

RT

Elin L’Estrange, une survivante du massacre d’Utoya, a déclaré à l’AFP que le monde n’avait pas encore accepté le « aspect politique » des attaques de Breivik.

Une autre survivante, Astrid Eide Hoem, a déclaré au média que la Norvège avait toujours du mal à faire face aux croyances radicales qui ont déclenché les massacres.

« Nous avons discuté des monuments commémoratifs. Nous avons discuté de la santé mentale de Breivik. Mais nous n’avons pas discuté de l’idéologie politique qui se cache derrière », elle a dit.

Le camp d’été auquel ils ont autrefois participé a depuis été transformé en un mémorial et un centre d’éducation visant à sensibiliser aux dangers de l’extrémisme xénophobe.

RT

Cependant, un mémorial qui a été construit pendant des années reste inachevé en raison de désaccords sur sa conception et d’obstacles juridiques. Les résidents locaux se seraient opposés à la construction du mémorial, tandis que les familles des victimes ont regretté qu’il ne soit pas prêt à temps pour marquer le 10e anniversaire de la tragédie.

Une cérémonie, à laquelle assisteront la Première ministre Erna Solberg, des survivants et des proches des victimes, se tiendra jeudi à Oslo devant ce qui était autrefois le bureau du Premier ministre. Le bâtiment, qui a été endommagé lors des attaques, reste une coquille vide en raison de désaccords sur la façon de le reconstruire – illustrant davantage comment la Norvège a eu du mal à aller de l’avant depuis les horribles événements de dix ans. Une cérémonie séparée aura lieu sur l’île d’Utoya.

Pendant ce temps, Breivik espère tirer profit de ses actes terroristes en vendant les droits d’un film et d’un livre sur sa vie. Selon des informations du début du mois, le tueur de masse, aujourd’hui âgé de 42 ans, a envoyé 20 lettres à des cinéastes leur demandant de raconter sa vie sur grand écran. Il espère vendre les droits du film, ainsi que son autobiographie, pour environ 10 millions de dollars.

Abonnez-vous à la newsletter RT pour obtenir des histoires que les médias grand public ne vous raconteront pas.

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.

Comments